Bien-être & Développement personnel

Discutions amicales
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le gorille invisible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 430
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Le gorille invisible   Mer 28 Juin - 14:05

Le gorille invisible

En lisant ce résumé, vous découvrirez que vos intuitions les plus profondes ne sont que des illusions qui vous poussent à surestimer vos capacités mentales.

Vous découvrirez aussi que :

· votre cerveau comporte de nombreuses failles dont il est important de prendre conscience ;

· Vous vous fiez beaucoup trop à vos propres convictions plutôt qu’aux faits réels ;

· le monde qui vous entoure peut vous échapper sans que vous ne vous en aperceviez ;

· ces illusions peuvent être contrôlées si vous réévaluez vos capacités.

De nombreuses illusions influencent votre attitude mentale et vous empêchent de voir la réalité dans sa globalité. Vous pensez savoir comment votre esprit fonctionne du fait de ces convictions, alors qu’en réalité, elles vous induisent en erreur. Il existe six illusions fondamentales, qui vous touchent au quotidien. En prenant conscience de celles-ci, vous pourrez tenter de les maîtriser partiellement.

La première illusion dont vous êtes victime est celle de l’attention, qui vous empêche de réellement voir tout ce qui vous entoure

Aussi étonnant que cela puisse paraître, nous passons tous les jours à côté d’éléments apparus devant nos yeux, parce que nous étions trop concentrés sur autre chose. C’est le cas de cette expérience dite du gorille invisible, réalisée par deux psychologues sur leurs étudiants. Sur une vidéo où des joueurs de basket se font des passes, un gorille apparaît devant la caméra ; pourtant, près de la moitié des élèves ne l’ont pas vu, trop occupés à compter le nombre de passes entre les joueurs. Cette étude montre que des phénomènes étranges survenant dans une situation normale ne font pas toujours l’objet de notre attention.

Si certaines choses échappent à votre vision, c’est tout simplement parce que vous ne vous attendiez pas à ce qu’elles arrivent. C’est le cas lors des accidents de la route, où le conducteur d’une voiture affirme ne jamais avoir vu la moto. Malheureusement, bien qu’elle soit passée devant ses yeux, une illusion l’a empêché de voir cette moto. Les automobilistes s’attendent en effet à voir des voitures, et non des motards ; c’est cette conviction qui les conduit à une cécité partielle de la réalité. Il y a une grande différence entre regarder et voir : nous pouvons regarder quelque chose sans vraiment le voir.

Plus un élément va solliciter toute votre attention, moins vous serez capables de remarquer un événement inattendu, qui se déroulera pourtant sous vos yeux. Notre conscience des choses est en effet limitée, et une forte concentration sur une situation limite la conscience d’une autre réalité. Avez-vous déjà essayé de faire plusieurs choses à la fois ? Si vous téléphonez au volant, vous focalisez une partie de votre attention sur la conversation téléphonique, et une autre partie sur votre conduite. Cette double attention laisse beaucoup moins de chances à votre conscience d’apercevoir un potentiel danger.

L’illusion de l’attention touche tout le monde, mais à des degrés différents, selon les situations.

Les personnes qui remarquent le gorille ne sont pas plus des hommes que des femmes, pas plus des personnes au QI moyen que des personnes au QI élevé. Remarquer tout ce qui se passe autour de soi n’est en aucun cas une preuve d’intelligence supérieure. Votre capacité à remarquer quelque chose d’inattendu diffère en fait de la situation dans laquelle cela se produit. Pour l’exemple du gorille, ce sont les personnes expertes en basket qui remarqueront beaucoup plus facilement la présence de l’anormalité (la vidéo portant sur des joueurs de basket). Mais même chaque expert dans son domaine peut rater l’inattendu d’une situation ; c’est le cas notamment des médecins qui peuvent passer à côté de quelque chose d’improbable en lisant une radiographie.

Il est impossible de totalement supprimer cette illusion de l’attention, car notre cerveau n’est pas capable de garder un œil sur tout ce qui l’entoure en même temps. Heureusement, les événements inattendus restent rares, et pour la plupart sans danger. Désormais, lorsque quelqu’un vous jurera qu’il n’a pas vu quelque chose qui s’est pourtant déroulé devant ses yeux, vous ne pourrez plus en douter !

Si vous ne remarquez pas une situation inattendue, même en étant très attentif, c’est parce que cet événement est rare, et que vous ne vous attendez pas à ce que cela arrive. La technologie peut nous aider en nous apportant une attention supplémentaire (par exemple, une caméra de surveillance), mais elle n’est pas non plus complètement fiable.

La deuxième illusion, appelée illusion de la mémoire, a pour effet de déformer des souvenirs que vous avez enregistrés.

On dit souvent que la mémoire nous joue des tours ; nous oublions parfois un souvenir, et bien souvent, nous le déformons. Cela relève du principe de l’illusion de la mémoire. Nous sommes persuadés que la mémoire est infaillible, mais il n’en est rien. Se créer un faux souvenir est très courant ; lorsque l’on fabrique un souvenir, on fait appel à des associations d’idées, à des éléments que l’on connaît déjà, pour être certain de bien s’en rappeler. Vous vous souvenez, en fait, de ce dont vous vous attendez à vous rappeler, et non de ce qu’il s’est réellement passé. Il arrive fréquemment que deux personnes aient deux souvenirs complètement distincts d’un même événement. Ces deux personnes seront certaines de leur propre version des faits, ce qui conduit à une problématique : qui dit la vérité ? En réalité, dans la plupart des cas, personne ne ment ; nous sommes juste victimes de l’illusion de la mémoire.

Nous pensons à tort être capables de remarquer qu’un changement s’est opéré, par exemple entre la scène A et la scène B d’un film (un remplacement d’acteur peut paraître facile à détecter). Mais si vous n’êtes pas prévenu de ce changement, aussi évident soit-il, vous ne le voyez tout simplement pas. Cela prouve que votre mémoire est faillible, qu’elle n’est pas capable de retenir tous les éléments auxquels elle fait face.

Parfois, il arrive que vous vous accapariez un souvenir. Quelqu’un vous a parlé d’un événement qu’il a vécu, et vous pensez plus tard que c’est vous-même qui avez vécu cette histoire. Il s’agit encore une fois d’une illusion de la mémoire : vous vous souvenez si bien de cette histoire, avec moult détails, que votre mémoire se l’est appropriée.

L’illusion de la mémoire est synonyme de mémoire sélective, votre cerveau retient ce qu’il veut bien retenir.

Votre mémoire vous trompe également lorsque vos opinions changent au cours de votre vie, et que vous ne vous en rendez pas compte. Par exemple, si vous avez favorisé une cousine sur votre testament, mais que vous changez d’avis et la remplacez par son frère car vous vous seriez rapproché de lui, vous ne vous en souviendrez probablement pas. Votre mémoire n’enregistre pas que vous aimiez auparavant beaucoup votre cousine ; elle vous indique plutôt que votre affection pour votre cousin a toujours été très grande.

Si l’on vous demandait ce que vous faisiez lors des attentats du 11 septembre, vous vous en souviendriez à coup sûr, et ce, en détails, car il s’agit d’un événement important. Pourtant, votre mémoire s’illusionne sur certains détails, et plus le temps s’écoule, plus votre mémoire déformera votre souvenir de la tragédie. Cependant, il est probable que vous ne renoncerez jamais à votre version de ce moment, car vous serez persuadé de toujours vous souvenir de ce qu’il s’est passé ce jour. L’illusion de la mémoire est donc beaucoup plus forte lorsqu’il s’agit de jours particuliers, marquants. Vous accepterez sans doute davantage que votre mémoire est faillible si l’on vous demandait ce que vous faisiez le 12 septembre 2001.

En réalité, nous avons souvent tendance à « embellir » la réalité, en ajoutant des détails à une histoire parce qu’ils nous semblent fort à propos. Finalement, plus nous nourrissons notre souvenir de détails, plus celui-ci nous paraîtra vrai, alors qu’il n’en est au contraire que plus déformé. Nous avons tendance à croire en nos souvenirs parce qu’ils sont teintés d’une émotion particulière, mais c’est précisément cela qui nous induit en erreur.

L’illusion de la confiance vous trompe sur vos compétences et sur celles des autres, il faut apprendre à la réévaluer

La troisième illusion que nous vivons tous les jours est celle de la confiance. Il existe d’abord l’illusion de notre propre confiance, celle qui nous pousse à surestimer nos capacités. La seconde illusion est celle qui nous invite à croire ou non en quelqu’un selon la confiance qu’il semble avoir en lui-même. Seulement, la confiance ne reflète en rien nos aptitudes réelles. Ce sont d’ailleurs les personnes les plus incompétentes qui ont le plus confiance en elles ; c’est le cas, par exemple, des candidats de télé-crochets qui viennent en pensant pouvoir obtenir la victoire, alors qu’ils n’ont pas vraiment de talent. Lorsque l’on est incompétent et donc confiant en ses capacités, on ne se rend pas compte que l’on manque justement de compétences. Ainsi, lorsque vous commencerez à apprendre une nouvelle chose, comme la pratique d’un sport, vous vous rendrez compte de l’excès de confiance que cela vous procurera au début. Vous vous rendrez également compte que vous n’êtes pas si compétent que cela, car vous vous serez heurté à un échec.

Il existe, à l’inverse, une quantité de personnes qui n’ont pas assez confiance en eux, alors que leurs capacités sont plus importantes que la moyenne. Cette attitude les pousse invariablement à échouer.

Au sein d’un groupe, disons d’un groupe de travail lors d’une réunion, vous aurez tendance à croire en la solution de la personne qui s’est imposée en premier, c’est-à-dire en celle qui a le plus confiance en elle. Pourtant, cela ne veut pas dire qu’elle est la plus compétente pour résoudre vos problèmes. La confiance n’est liée à aucun autre trait de votre personnalité ; ce n’est pas non plus une preuve d’intelligence d’avoir confiance en vous.

Il est facile d’évaluer l’écart entre confiance et capacités d’une personne que l’on connaît bien. Si votre frère n’a pas confiance en lui, mais qu’il affirme avoir la capacité de réparer une voiture, vous pouvez être sûr de ses compétences pour cette tâche. En revanche, quand il s’agit d’une personne que vous ne connaissez pas, votre jugement peut être faussé. Nous pouvons prendre le cas de témoins lors d’un procès, qui affirment formellement avoir reconnu un agresseur ; ces témoins se trompent bien souvent, mais le jury a tendance à les croire, du fait de la confiance qu’ils affichent.

L’illusion de la connaissance vous fait croire que le monde est plus simple à comprendre qu’il n’y paraît

L’illusion de la connaissance est la quatrième des illusions du quotidien. Elle signifie que nos connaissances sont beaucoup plus superficielles que ce que l’on pense. Que l’on soit un individu lambda ou bien un grand scientifique, nous surestimons souvent ce que nous savons. Faites l’expérience vous-même, avec un enfant qui vous demande toujours « pourquoi ? » à chaque réponse donnée. Vous verrez que vous serez peu à peu à court d’explications, alors même que vous aurez l’impression de connaître la réponse. Il en va de même avec les étudiants qui pensent avoir parfaitement appris leurs leçons, mais qui se retrouvent avec une note moyenne. A force de relire leurs manuels, ils se sont familiarisés avec ce savoir, mais ne l’ont pas forcément réellement assimilé ni compris.

Il est difficile d’absorber cette illusion de la connaissance. Si vous entamez un nouveau projet, vous aurez toujours tendance à sous-estimer le temps requis pour sa réalisation. Vous aurez plus de chance de réduire l’illusion lorsqu’il s’agira d’une tâche que vous faites régulièrement, car vous aurez là des moyens de comparaison, ce qui vous permettra d’ajuster vos estimations.

Lorsque nous pensons comprendre un sujet, nous en faisons des modélisations simples, alors que le système est en général bien plus complexe. Prenons l’exemple de la chute de l’immobilier dans les années 2000. Beaucoup de personnes se sont investies en même temps dans un système d’achat/vente de biens immobilier, pensant avoir les connaissances nécessaires pour connaître le cours de ce marché. En fait, de nombreux facteurs n’avaient pas été pris en compte par ces investisseurs, parce qu’ils étaient bercés par l’illusion de leur connaissance. Nous ne pouvons pas faire grand-chose contre ces illusions, mais si vous voulez en limiter les dégâts, pensez à ne jamais investir toutes vos économies dans quelque chose contenant des risques, comme un tournoi de poker.

Votre illusion de la connaissance est en grande partie alimentée par toutes les publicités mensongères de fausses informations que peuvent produire les industries. Si vous désirez acheter un téléviseur et que vous vous mettez à en comparer plusieurs, vous serez influencé par le descriptif de la télévision qui est le plus détaillé, alors que ce sont très souvent de fausses informations, qui vous poussent à croire que ce produit est meilleur que les autres.

Cette illusion est fortement liée à celle de la confiance, puisqu’en effet nous avons tendance à croire les connaissances délivrées par des personnes qui mettent le plus de certitude dans ce qu’elles disent.

Vous pensez connaître la cause de tout, mais votre cerveau est influencé par de fausses déductions vous semblant plus cohérentes

Nous reconnaissons quelqu’un de notre entourage par sa démarche, comme les médecins reconnaissent une maladie par la présence d’une certaine bactérie. Dans tous les cas, nous nous appuyons sur des motifs récurrents, auxquels nous sommes habitués, pour fonder notre raisonnement. Nous associons un certain motif à une cause précise. Cependant, ces motifs nous induisent souvent en erreur ; cette cinquième illusion est appelée l’illusion de la cause.

Nous avons en fait une forte tendance à toujours trouver une cause, une explication « rationnelle » à quelque chose qui relève bien souvent du hasard. Ainsi, beaucoup de croyants ont pu voir des apparitions de Jésus ou de la Vierge Marie (motifs religieux) dans leur tranche de pain de mie ou leur biscuit.

Le problème, c’est que nous associons bien souvent deux données pour en déduire une cause, et nous nous trompons bien souvent. Nous tirons des conclusions hâtives, car notre cerveau opère de fausses déductions nous paraissant logiques. Lorsqu’une cause vous paraît logique, vous ne cherchez pas plus loin : vous acceptez la justification que l’on donne à un problème parce qu’il paraît juste, alors que d’autres données n’ont pas été prises en compte. Il s’agit bien de l’illusion de la cause ; la cause donnée est probable, donc nous l’acceptons sans réfléchir davantage.

Ce sont bien souvent des faits s’étant déroulés dans un ordre chronologique qui suscitent cette illusion. En effet, si un événement B arrive juste après un événement A, vous en déduirez la plupart du temps que l’événement A est la cause de l’événement B.

Bien que la science établisse des relations de cause à effet que l’on ne peut contredire, beaucoup de personnes préfèrent croire des anecdotes de personnes singulières sur l’effet d’un certain médicament ou d’un certain vaccin. Par exemple, beaucoup de parents ont vu un lien de causalité entre la vaccination contre la rougeole, et le déclenchement de l’autisme de leur enfant, alors que les scientifiques ont démontré qu’il n’y avait aucun rapport entre les deux. Pourtant, beaucoup de personnes y ont cru ; l’illusion de la cause est très forte, car nous sommes touchés par ces petites histoires. Pensez donc désormais à vous fier davantage à l’avis des experts, plutôt qu’à ces relations causales qui n’ont jamais été vérifiées.

Comment l’illusion du potentiel vous fait croire que vous pouvez devenir plus intelligent en quelques minutes

La sixième et dernière illusion mentale de ce livre est l’illusion du potentiel. Il est communément pensé qu’une très petite part de notre activité cérébrale est en réalité utilisée. Nous croyons donc que de puissantes capacités de notre cerveau peuvent se développer, au moyen de certaines pratiques, comme l’écoute de musique classique, ou encore de l’hypnose. Certaines choses nous rendraient plus intelligents, plus performants, et ce, très rapidement.

Or, croire que notre cerveau n’utilise que 10 % de ses capacités est une légende, tout comme le fait de croire que des personnes possèdent un sixième sens. L’ensemble de notre système cérébral est constamment utilisé ; il n’y a pas de mystère, nous nous servons de toutes les capacités dont nous disposons.

Beaucoup de personnes pensent par ailleurs que notre cerveau peut être influencé de façon « subliminale » par les médias, les publicités, c’est à dire de façon subtile, par le biais d’une manipulation mentale. C’est encore là une illusion du potentiel.

Nous avons tendance aussi à croire que nous pouvons stimuler nos capacités mentales, par le biais de certains exercices, comme des jeux d’entraînement cérébral sur console. L’illusion du potentiel est de penser que ces exercices amélioreront vos capacités au sein de votre vie au quotidien ; vous vous améliorerez probablement dans ces exercices virtuels, mais cela ne dépassera pas ce stade. Un bon score dans un jeu de mémoire ne vous aidera sûrement pas à retrouver plus facilement vos clefs.

En vérité, acquérir de grandes capacités mentales est possible ; cela nécessite juste beaucoup d’entraînement. Votre potentiel mental est énorme, mais il n’est pas possible de le faire progresser en écoutant simplement de la musique classique.

Un facteur essentiel à la progression cérébrale est en fait l’activité physique ; certains sports améliorent le flux sanguin, et donc améliorent la circulation du sang jusqu’au cerveau. Marcher tous les jours vous maintiendra dans une meilleure santé mentale qu’un jeu virtuel soi-disant bon pour vos réflexes cognitifs.

Conclusion

L’ensemble de ces illusions mentales nous apprend que nos capacités cérébrales sont en réalité moins efficientes que ce que nos intuitions nous laissent croire. Nous nous fions bien trop souvent à nos instincts plutôt qu’à une analyse logique et rationnelle des faits, ce qui nous pousse à prendre les mauvaises décisions. Ces limites du cerveau humain sont difficiles à contrôler, mais maintenant que vous en avez la connaissance, vous pouvez tenter de ne plus en être la victime. Analysez le monde qui vous entoure d’un œil plus vigilant, en vous méfiant des apparences et des solutions faciles.

Ce qu’il faut retenir de la lecture de ce résumé :

· la première illusion dont vous êtes victime est celle de l’attention, qui vous empêche de voir tout ce qui vous entoure ;

· l’illusion de l’attention touche tout le monde, mais à des degrés différents, selon les situations ;

· la deuxième illusion, appelée illusion de la mémoire, a pour effet de déformer des souvenirs que vous avez enregistrés ;

· l’illusion de la mémoire est synonyme de mémoire sélective : votre cerveau retient ce qu’il veut bien retenir ;

· l’illusion de la confiance vous trompe sur vos compétences et sur celles des autres, il faut apprendre à la réévaluer ;

· l’illusion de la connaissance vous fait croire que le monde est plus simple à comprendre qu’il n’y paraît ;

· vous pensez connaître la cause de tout, mais votre cerveau est influencé par de fausses déductions vous semblant plus cohérentes ;

· comment l’illusion du potentiel vous fait croire que vous pouvez devenir plus intelligent en quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
http://entraide.forumactif.org
 
Le gorille invisible
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Monastere Invisible
» L'invisible
» L'invisibilité ou le fait de se rendre invisible
» (1975) Le Collège invisible - Jacques Vallée - Préface d'Aimé Michel
» Arte - L'univers invisible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bien-être & Développement personnel :: Salle de lecture :: KOOBER( résumés) de livres-
Sauter vers: