Bien-être & Développement personnel

Discutions amicales
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 GirlBoss .....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 430
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: GirlBoss .....   Mer 28 Juin - 16:01

GirlBoss

Sophia Amoruso a connu une success story à l'américaine en lançant, en 2006, le site NastyGal.com, lequel est devenu en 10 ans, une référence de l’e-commerce. Elle raconte son histoire dans ce livre. Cette “girlboss” a réussi à sortir brillamment d'une situation compliquée. Elle souhaitait partager son expérience de “décrocheuse scolaire” qui a réussi, à force de travail et de persévérance.

Vous apprendrez aussi :

– qu’identifier vos atouts et vos faiblesses vous aidera à réussir votre projet professionnel ;

– qu’il est tout à fait possible de s'imposer dans le monde masculin de l’entrepreneuriat, quand on est une femme ;

– qu’il faut avoir une volonté et une détermination sans faille dans votre vie professionnelle et personnelle ;

– qu’il faut provoquer sa chance, sans attendre que les choses viennent à nous ou changent d'elles-mêmes.


Devenir une “girlboss” est à la portée de toutes les femmes

Pour Sophia Amoruso, il y a plusieurs points à retenir pour devenir une “girl boss” :

Premièrement, il n'y a pas de règle pour le devenir. Il n'y a pas de modèle type, ni d’exemple à suivre. L'auteur applique cette règle à elle-même, en expliquant qu'il ne faut pas nécessairement prendre pour argent comptant le contenu de son livre. Elle n’est qu’un exemple parmi d'autres. Ce qui a fonctionné pour elle, pourrait fonctionner pour une future girlboss, mais pourrait aussi être un échec. Il faut savoir remettre les théories en question et les adapter à son propre cas.

Deuxièmement, il est important de se concentrer sur soi-même : admirer et envier les autres est une perte de temps. Lorsqu'on parvient à se focaliser sur sa propre vie, on avance mieux. L'auteur rappelle que nous n'avons qu'une vie et que nous en sommes les seuls héros.

Troisièmement, être une femme n'est en aucun cas un obstacle pour réussir dans le monde professionnel. C'est un état de fait. Cela présente des avantages et des inconvénients. Il sera peut-être parfois plus compliqué de s’imposer, mais la condition de femme ne remet absolument pas en question une réussite.

Enfin, si vous n'êtes pas convaincue vous-même d'être géniale, vous aurez du mal à convaincre les autres que vous l'êtes. La réussite de vos projets dépendra de votre propre capacité à croire en vous-même et en ce que vous faites.


Il suffit parfois d'un rien, pour trouver ce que l'on veut réellement faire dans la vie

Le parcours de Sophia Amoruso avait tout pour être chaotique. Elle a quitté l'école tôt et enchaîné les petits boulots, persuadée que la société dans laquelle elle vivait n'était pas faite pour elle. L'idée de son entreprise est née à un moment où elle souffrait d'une hernie, alors qu'elle vivait à San Francisco, en Californie. Elle prit alors un emploi dans le seul but de bénéficier d'une assurance maladie. Pendant la convalescence, elle entreprit de se créer une boutique sur la plateforme d’e-commerce, eBay.

Ayant toujours eu une inclinaison naturelle pour la mode et le digital, cette activité se nichait au carrefour de ses passions : elle avait trouvé sa voie. L’auteur confesse avoir choisi de créer une boutique sur Internet, car elle pensait qu'ainsi, elle n'aurait pas à parler physiquement aux gens, ni à sortir de chez elle.

Elle a ensuite trouvé un moyen d'obtenir des vêtements à moindre coût, en allant de théâtres en faillite en friperies. Son activité a rencontré un succès immédiat, nourri par le soin qu’elle apportait à la description de ses produits et à la relation qu’elle avait avec ses clients.

De ses propres mots, son succès tient à deux choses :

– le fait de connaître ses clients et donc de cibler parfaitement leurs attentes (descriptions produits, envois, retours, échanges, etc.) ;

– obtenir du marketing gratuit, car un client satisfait devient un ambassadeur.


Internet peut être un très bon tremplin pour se lancer si on sait en éviter les écueils

Pour Sophia Amoruso, Internet a été plus qu'un tremplin. C'est ce qui l'a sauvé et lui a permis de trouver sa voie. L'aventure aurait aussi pu couper court, suite à des conflits entre les vendeurs, de la délation et des actes de malveillance commis par certains concurrents. L’auteure a souffert de la jalousie d’autres vendeurs de la plateforme, l’accusant d’abuser de la confiance de ses clients. Elle décrit un monde particulièrement concurrentiel qui lui permettra, finalement, de s’endurcir et d’être encore plus dure en affaires.

Elle décide, suite à cela, de fermer son compte eBay pour créer son propre site. Cette démarche n’altère pas la santé de son activité. Elle loue un local plus grand et embauche même sa première employée qu’elle rémunère plus qu’elle-même. Sept ans plus tard, cette collaboratrice travaille toujours pour elle. Ensembles, elles ont décidé de diversifier leur offre et de ne plus proposer exclusivement du vintage, mais aussi du neuf.

Étant encore toutes les deux relativement nouvelles sur le marché, elles ont dû faire leurs preuves. Elles ont essuyé de nombreux refus de collaboration. Le monde des affaires étant ce qu’il est, la persévérance et l’entêtement sont nécessaires et participent à la réussite. Si l’on ne se donne pas les moyens de ses ambitions, on n’obtient rien. Elles sont parvenues à attirer de nouvelles marques et aujourd’hui encore, Jeffrey Campbell, créateur branché de chaussures, est l’un des plus gros clients de NastyGal.com.

Sophia Amoruso est une self-made woman. Elle s’est faite toute seule, elle a appris “sur le tas”. Elle se plaît à dire qu’elle a grandi en même temps que son entreprise. Elle s’étonne elle-même de la vitesse avec laquelle son business a prospéré. Elle n’avait pas imaginé un tel succès et a dû s’adapter, en embauchant de nouveaux collaborateurs, pour réellement professionnaliser sa boutique.



Les échecs doivent être considérés comme des opportunités

L'auteur explique qu'elle s'est toujours perçue comme une outsider. L'école n'était pas son point fort et la société nord-américaine lui laissait à penser qu'elle ne réussirait jamais dans la vie. Néanmoins, elle avoue qu'enchaîner les petits boulots, même les moins valorisants, l'a aidé, tout comme changer régulièrement d'école. Ce changement de cadre récurrent l'a “forcé” à s'intégrer et a renforcé ses capacités d'adaptation et de prise de décision rapide.

Se considérer comme une outsider a contribué à la vision que l'auteur a de l'échec. Pour elle, l'échec n'a jamais été synonyme de déception. Comme elle pensait ne jamais trouver comment s'intégrer dans la société, elle n'a jamais eu d'attentes très élevées. Connaître un échec s'apparentait davantage à une nouvelle opportunité pour essayer autre chose.

Elle a pu se familiariser avec les techniques de relation clients, apprendre à se mettre littéralement à la place de ses clients et accepter le postulat qu’ils avaient toujours raison. Autant d’éléments fondateurs de son succès à la tête de sa boutique en ligne. Il appartient à chacun de savoir se mettre en valeur et tirer le meilleur de ses expériences.



Savoir gérer les relations humaines dans une entreprise est essentiel

Avant de réellement trouver sa voie, elle a longtemps pensé que le capitalisme était un concept économique et social à bannir. Elle jugeait alors que ce modèle enrichissait les patrons et exploitait les travailleurs. Aussi, lorsqu'elle a monté son entreprise et qu'elle s'est retrouvée à devoir manager une équipe, elle a défini avec ses salariés la philosophie de NastyGal.com.

Au début, il lui semblait ironique qu'une entreprise se targue d'avoir une “philosophie”, mais elle reconnaît que c’est une étape obligatoire quand le développement est aussi fulgurant que pour NastyGal.com. Elle s’est donc fixée pour objectif de prendre soin de son personnel et de s’assurer qu'il soit traité avec équité. Elle souhaite que NastyGal.com soit un moyen d'aider les gens à développer leurs capacités.

Avoir une philosophie d'entreprise, qui plus est affichée sur les murs de leurs locaux, rappelle à chacun les objectifs et les buts à atteindre. C'est aussi rappeler clairement qu'il est nécessaire d'être solidaire.



L'ennui est votre ennemi

Le conseil de l'auteure est assez simple et peut sembler logique, voire convenu. Pourtant, elle estime nécessaire de le redire dans son livre : il n'est pas possible de réussir dans un travail que l’on n’aime pas. Si vous détestez ce que vous faites, il est très probable qu’à terme, votre productivité baisse et que votre comportement s’en ressente (retard au travail, ennui, etc.). Aucun patron ne veut collaborer avec quelqu'un qui n'aime pas son boulot.

Néanmoins, elle explique aussi la nécessité de savoir prendre sur soi, dans certaines circonstances. Pour elle, il est possible de déceler des aspects positifs dans chaque tâche. Il ne s’agit pas forcément de les aimer, mais au moins d'en retirer des aspects positifs. Elle-même a occupé des emplois qu'elle qualifie de “merdiques” et assumé des tâches qui ne nécessitent pas un haut niveau de qualification. Elle a vendu des sandwichs chez Subway, des chaussures, des livres et a travaillé dans un magasin de plantes ou a été agent d'accueil dans une école d'art.

Si, en exerçant ce type de travail, vous adoptez une attitude curieuse et l'envie d'apprendre, il est possible d'en tirer des avantages. D’abord parce qu’il faut bien commencer quelque part, ensuite parce que si l'on parvient à considérer ce type d’emploi comme une expérience supplémentaire, il y a des chances qu’il ne soit pas perçu comme une corvée. Il est important de considérer chaque expérience comme une opportunité.


Savoir se faire confiance

Selon l'auteur, l'une des clés du succès, est de connaître ses faiblesses et, surtout, d'exploiter ses atouts. Le point faible de Sophia Amoruso était son éducation. Elle le reconnaît facilement. Pour elle, le système éducatif traditionnel actuel pourrait briser n'importe qui. Il a été conçu pour formater le plus grand nombre de personnes en même temps, à la manière du chien de Pavlov.

Toujours selon l'auteur, on fait croire aux gens que l'école est adaptée à tous et que si un élève est en difficulté, c’est à cause de lui-même. La philosophie de Sophia Amoruso est que si l'école n'est pas votre point fort, cela ne signifie en aucun cas que vous n'arriverez à rien. Elle part du principe que tout le monde a un talent et il n'appartient qu'à nous-même de le trouver et de l'exploiter.

Trouver ses points forts peut parfois prendre du temps. L'auteur a eu besoin de passer par des “petits boulots” pour trouver sa voie et faire émerger ses points forts. Même si Sophia Amoruso explique qu'elle est fière de son parcours et qu'il ne faut pas avoir honte de marcher en dehors des sentiers battus. Elle explique que, malgré tout, elle n'est pas fière des attitudes et de toutes les expériences qu’elle a pues avoir. Non pas à cause des différents jobs en eux-mêmes, mais parce qu'elle rejetait la société dans laquelle elle vivait et n'avait pas la patience, ni l'envie de faire des projets à long terme. Elle estime aujourd’hui que ce mode de vie n'est pas durable.

Dans sa tête, les notions de liberté et de bien-être ne pouvaient pas s'accorder avec une vie de “travailleur lambda”. Elle a grandi en banlieue et a toujours vu ses parents travailler. Elle avoue qu'à l'époque, elle confondait la notion de confort avec celle d'ennui, la possession avec le matérialisme. Cette vision de la vie ne lui convenait pas et le système éducatif, puis le monde du travail l'ont confortés dans l'idée qu'elle ne pourrait jamais réellement s'intégrer dans ce monde. Avec NastyGal.com, elle a réussi à trouver ce qui lui convenait et à partir de là, à croire en elle.


Économiser permet de vivre plus sereinement

L'auteur aborde le sujet de l'argent sans réel tabou et explique sans détour que l'argent est synonyme de liberté. Si vous savez économiser et, par conséquent, maîtriser vos finances, vous aurez le choix de vivre la vie que vous souhaitez, sans subir une situation qui ne vous convient pas.

L'auteur évoque certains de ses amis qui avaient tendance à s'endetter, à cause d’un cumul d’impayés. Une bonne gestion financière évite bien des soucis et permet notamment de pouvoir concentrer son temps, son énergie et ses ressources sur d'autres projets importants.

Sophia Amoruso s’est elle-même retrouvée dans des situations financières plus que délicates, mais elle reste fière d'avoir pu, grâce à cela, fonder son entreprise sans avoir à s'endetter avec un prêt.

Ses parents étaient eux-même endettés. Ils étaient commerciaux et étaient payés à la commission. Les rentrées d'argent étaient fluctuantes et c'est grâce à ses parents que Sophia a appris la débrouillardise, ainsi que la notion de mérite au travail. Elle-même l'a constatée lors de la création de son entreprise : plus on travaille, plus on gagne. Ceci dit, elle met en garde contre l'attrait de l'argent. Ce n'est pas parce que vos revenus augmentent que vous devez augmenter vos dépenses en conséquence. Elle donne deux principes à suivre : vendre ses articles plus chers que le prix d'achat et économiser autant d’argent que possible.


Ne doutez pas de l'incroyable pouvoir du positivisme

L'auteure est une adepte de la pensée positive. Elle ne croit pas à la chance, une notion qu'elle considère comme trop abstraite et élitiste, qui abolit toute idée de mérite et de responsabilité. Par contre, elle croit beaucoup en l'adage qui dit que l'on récolte ce que l'on sème. Selon elle, le négatif attire le négatif et la réciproque est d’autant plus vraie.

Pour l'auteure, il n’y a pas de secret. Pour obtenir ce que l'on veut, il faut travailler dur. Le positivisme a ce pouvoir de vous faire voir le positif dans chaque petite action, même la plus anodine. Vous êtes actuellement en train de construire votre vie future. Le pouvoir du positivisme tient à votre capacité à visualiser votre vie idéale, à vous projeter et à croire en sa réalisation. Même les petits détails participent à rendre votre avenir potentiel plus concret.

Le positivisme est lié à la vision que vous vous avez de vous-même. Il est important de savoir se faire confiance, même en cas d'échec.

Le monde est plus adapté aux extravertis qu'aux introvertis. L’auteure se situe elle-même dans la seconde catégorie, mais pour elle, ce n'est pas un obstacle à la réussite. Au contraire, beaucoup de personnages célèbres étaient des introvertis et ils ont brillamment réussi (Einstein, Bill Gates, etc.). Les introvertis sont peut-être des gens plus timides, mais ils prennent souvent des décisions moins risquées et dans le monde des affaires, cela peut faire une sacrée différence.

Il faut savoir adapter ses convictions, ses projets, sans perdre de vue son objectif final. Même si vous vous en éloignez, sachez regarder autour de vous pour trouver le meilleur de la situation dans laquelle vous êtes. Sophia Amoruso s'est longtemps pensée comme illégitime en tant que patronne, par rapport à certains de ses employés qui avaient fait des études et qu'elle estimait supérieurs à elle. Elle a décidé de cesser de se sentir comme une intruse et s'est rendue compte qu'il ne tenait qu'à elle de se sentir légitime partout. Elle n'avait pas à prouver qu'elle méritait sa place, le succès de son affaire le faisait pour elle.

La création et le succès de Nasty Gal sont en quelque sorte son “diplôme”. Par ailleurs, elle estime que se sentir inférieur aux autres, sans véritable raison qui plus est, fausse le rapport que l'on entretient avec eux.


Le monde des affaires n'est que concurrence, sortez le grand jeu

En matière de conseil sur l'embauche, Sophia Amoruso n'y va pas par quatre chemins : la concurrence faisant rage, alors il faut tout donner, tout de suite. Même si le travail demandé n'est pas le travail de vos rêves, il faut faire semblant, jusqu'à ce que vous trouviez réellement le job qui vous convient le mieux.

Dans une lettre de motivation, en tant que patronne, elle s'attend à trouver ce que le candidat peut apporter à son entreprise et non l'inverse. Elle préfère embaucher quelqu'un qui sait ce qu'il veut faire et comment il compte améliorer son entreprise, plutôt que quelqu'un qui attend simplement d'acquérir une expérience supplémentaire à mettre sur son CV. Autre détail important, la qualité de l'expression écrite et surtout de l'orthographe n'est surtout pas à négliger. En tant que patronne, lorsqu'elle voit une lettre pleine de fautes, elle ne peut s'empêcher de penser que la personne agira pareil dans son travail.

En ce qui concerne les entretiens d'embauche, il est préférable de bien se connaître soi-même pour ne pas être déstabilisé par les questions du futur employeur. Il est également important d'avoir suffisamment d'esprit pour savoir parler et suffisamment de jugement pour savoir quand se taire.

Elle prodigue d'autres conseils, comme être réellement prêt à relever les manches et à travailler dur ou encore accepter pleinement l'idée que pour commencer, il est normal que vous soyez en bas de l'échelle et que monter les échelons demande du temps.

La société actuelle a le tort de faire croire aux jeunes qu'ils peuvent tout avoir tout de suite. Elle explique aussi qu'il est nécessaire d'être polyvalent, car parfois, on se retrouve à faire le travail des autres, à devoir donner un coup de main. Ne rechignez pas à le faire, aucun travail n'est indigne de vous si, par la suite, il vous permet d'atteindre votre but.


Conclusion

Sophia Amoruso est du genre à faire mentir les statistiques et les mauvaises langues. Il est tout à fait possible de réussir dans le monde de l'entreprise, même sans diplôme. Derrière chaque expérience, quelle qu'elle soit, se cache des bénéfices dont il faut tirer le meilleur. L'auteure explique que le monde aime à rappeler que la vie est dure. Certes, la vie est difficile, mais difficile ne veut pas dire impossible. Elle rappelle qu'on ne peut pas tout contrôler, tout avoir, qu'il est nécessaire de faire des sacrifices, de parfois renoncer à certaines choses. Par contre, même si certaines choses nous échappent, il est en notre pouvoir de choisir quels efforts nous pouvons fournir et agir en conséquence. Notre vie nous appartient.

Ce qu'il faut retenir de ce livre :

– devenir une « Girlboss » est à la portée de toutes les femmes ;

– il suffit parfois d'un rien, un déclic, pour trouver ce que l'on veut réellement faire dans la vie ;

– Internet peut être un très bon tremplin pour se lancer, si on sait en éviter les écueils ;

– les échecs sont à considérer comme des opportunités ;

– savoir gérer les relations humaines dans une entreprise est essentiel ;

– l'ennui est votre ennemi ;

– savoir se faire confiance ;

– économiser permet de vivre plus sereinement ;

– ne doutez pas de l'incroyable pouvoir du positivisme ;

– le monde des affaires n'est que concurrence, sortez le grand jeu.



Revenir en haut Aller en bas
http://entraide.forumactif.org
 
GirlBoss .....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bien-être & Développement personnel :: Salle de lecture :: KOOBER( résumés) de livres-
Sauter vers: