Bien-être & Développement personnel

Discutions amicales
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Happy money

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 674
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Happy money   Ven 4 Mai - 21:45

Happy money

En lisant ce koob, vous apprendrez à dépenser moins et mieux, et à utiliser votre argent pour devenir plus heureux.

Vous apprendrez aussi :

- comment profiter davantage de vos achats ;

- à réduire les contraintes du quotidien ;

- à savoir ce qu’il est préférable d’acheter en priorité ;

- à vous libérer du temps pour faire ce qui compte vraiment ;

- à être plus utile aux autres.

Il est désormais prouvé par de nombreuses recherches en psychologie que l'argent ne fait pas le bonheur. Passé la satisfaction des besoins essentiels, toute augmentation de richesse entraîne davantage de problèmes et de stress. Pourtant, ce n’est pas l’argent en lui-même qui est en cause, mais plutôt la manière de l’utiliser. Apprendre à mieux dépenser, investir dans ce qui apporte du bonheur, ne pas regretter ses achats, rien de tout cela n’est inné. Tel est l’objet du livre et de ce koob : vous éclairer sur les meilleures pistes à suivre, afin que votre argent devienne un moteur de satisfaction plutôt que de frustration.


Attendez-vous à ressentir moins de plaisir avec le temps, car on s’habitue à tout, surtout aux biens matériels

De toutes les acquisitions, celle d’un bien immobilier est souvent la plus importante. En revanche, les raisonnements que l’on tient pour se convaincre de réaliser l’achat sont médiocres, même s’ils semblent logiques et raisonnables.

Par exemple, entre un appartement ou un voyage dans l’espace, pour le prix de 250 000 euros, que choisirez-vous ? Sans doute l’appartement. Or ce choix est probablement le moins judicieux.

Des recherches effectuées auprès de milliers d’Allemands et d’étudiants de Harvard ont montré que posséder une belle maison, ou une chambre bien placée dans l’université, entraîne une hausse notable de la satisfaction des sujets. Malheureusement, cette satisfaction ne se répercute pas dans les autres domaines de la vie. Ces propriétaires ne sont pas plus heureux que les autres.

Pour le dire plus simplement : posséder une belle et grande maison ne vous apportera pas le bonheur que vous espériez atteindre en l’achetant.

Ce qui est valable pour le plus gros des achats l’est également pour les plus petits. Songez à vos dernières acquisitions de biens matériels. Pendant combien de temps ont-elles provoqué chez vous de la joie ou de l’excitation ? Probablement pas très longtemps. L’homme est ainsi fait qu’il s’habitue à tout, très vite, au bon comme au mauvais.

Votre nouvelle voiture ne vous apportera jamais autant de joie que le premier jour où vous l’avez eue. Votre nouveau téléphone ne provoquera bientôt en vous plus que de l’indifférence. Vos nouvelles paires de chaussures traineront bientôt au fond du placard.

Gardez à l’esprit, lorsque vous achèterez quelque chose, que cette acquisition engendrera fatalement moins de plaisir et de joie que ce que vous espérez. En conséquence, ne dépensez pas autant d’argent ni d'énergie pour l’obtenir !

Achetez des expériences et non des biens matériels, elles vous rendront bien plus heureux

Réfléchissez à vos dernières expériences, et non aux derniers biens matériels que vous avez achetés. Pensez à votre dernier voyage, à votre dernier concert ou à votre dernier repas dans un lieu exceptionnel. Puis :

- dessinez un grand cercle qui vous représente ;

- autour de ce cercle, dessinez d’autres cercles plus petits contenant le nom de ces expériences. Plus l’expérience a été importante, et plus vous devez la dessiner proche de vous, voire même dans le cercle si elle fait désormais partie de ce que vous êtes ;

- dessinez d’autres cercles avec vos dernières acquisitions de biens matériels : votre voiture, votre maison, votre téléphone, vos collections de CD, votre veste préférée, etc.

Que déduisez-vous de la position des différents cercles ? Lesquels sont les plus proches de vous ?

Il est très probable que la majorité de vos cercles proches soient des expériences, et c’est normal : elles reflètent votre personnalité, ce que vous êtes ou ce que vous souhaitez devenir, alors que les biens matériels sont interchangeables.

Ce qui est le plus proche de vous est ce qui vous procure le plus de bonheur : concentrez-vous dessus !

Par conséquent, plutôt que d’acheter des biens matériels qui n’apporteront qu’une satisfaction éphémère ou mitigée, apprenez à vous focaliser sur l’acquisition d’expériences.

Les expériences ont en effet plusieurs avantages :

- elles ne soutiennent pas la comparaison avec d’autres alternatives (manger des chips vous donnera du plaisir, même si du chocolat se trouve à côté). La sortie d’une nouvelle télévision ou d’un nouveau téléphone diminuera fortement la satisfaction de posséder un modèle antérieur ;

- elles sont un rempart contre les difficultés et le temps qui passe. Ce que vous avez vécu ne peut vous être enlevé. Alors qu’au contraire, plus le temps passe et plus les choses matérielles que vous possédez vous paraîtront vieilles et usées ;

- même les aléas d’une expérience ou la souffrance engendrée par une épreuve, par exemple, renforcent la qualité de l’expérience et du souvenir, alors que les défauts d’un objet altèrent sa qualité.

Devez-vous pour autant vous séparer de vos biens matériels ? Non, bien sûr. Le secret consiste à transformer mentalement les objets en expériences.

Par exemple, plutôt que de vous concentrer sur la possession de vos disques, lorsque vous les achetez, concentrez-vous sur l’expérience musicale qu’ils vont vous procurer.

Combattez la tendance naturelle à acheter immédiatement : demandez-vous plutôt quelle expérience cela va vous apporter. Vous dépenserez moins et éprouverez plus de satisfaction.

Créez volontairement de la rareté pour continuer à apprécier les choses

C’est inévitable, plus on est exposé à quelque chose et plus son impact diminue. Même devenir riche et pouvoir aller dans les plus beaux endroits et restaurants ne vous apportera rien d’autre que de l’ennui, si vous ne savez pas gérer la fréquence de vos expériences.

De même, ceux qui voyagent sans cesse ne trouvent plus dans le voyage l’aiguillon de plaisir que peut ressentir un salarié lors de ses rares semaines de congés payés. Ce n’est pas là une vérité très difficile à percevoir, tout le monde sent bien qu’à force de manger du chocolat, on finira par moins l’aimer.

Pourtant, le cerveau poussera toujours à la consommation si elle est accessible immédiatement. Vous devrez donc faire un effort pour vous restreindre. En termes de bonheur, l’abondance est votre ennemie, et la rareté, votre amie.

Si vous le pouvez, adoptez un style de vie minimaliste, c’est-à-dire une forme de simplicité volontairement choisie où vous ne conserverez que le strict minimum de vos possessions. Votre satisfaction en sera immanquablement décuplée.

La simplicité volontaire repose davantage sur un changement d’état d’esprit que sur la quantité de possessions. Tout le monde n’est pas nécessairement préparé à suivre ce chemin qui peut sembler austère, ou n’en a pas forcément envie.

Voici comment apprendre à profiter de ce que vous possédez :

- ne faites pas durer inutilement les choses. Plus on sait qu’une chose est éphémère, et plus on l’apprécie. Les personnes âgées connaissent parfaitement la valeur d’un jour de plus. Les touristes visitent bien plus de monuments que les habitants des lieux eux-mêmes, car ils savent que leur temps sur place est compté. Les séries limitées dans le commerce entraînent toujours plus de ventes ;

- provoquez des interruptions. Aussi surprenant que cela puisse paraître, une coupure publicitaire dans un film passionnant renforce le plaisir de sa reprise. Les épisodes d’une série qui se terminent brutalement sur une scène clé, et nécessitent l’attente de la semaine suivante, également. Même dans les massages, une pause permet de mieux se détendre. N'hésitez pas à provoquer volontairement des interruptions : le déplaisir momentané sera largement compensé ensuite ;

- créez l'inattendu. Cassez vos habitudes. Tentez de nouvelles activités. Par exemple, habillez-vous différemment, sortez avec votre conjoint dans un restaurant où vous n’avez jamais mis les pieds, et prétendez ne pas vous connaître ;

- recréez de la rareté : chaque fois que vous ne trouvez plus de plaisir à utiliser quelque chose qui vous en a procuré par le passé, cessez de l’utiliser jusqu'à ce que vous éprouviez l’envie d’y revenir.

Achetez-vous du temps !

Le temps n’est pas de l’argent

Vous aviez l’impression d’avoir plus de temps étant jeune ? Croyez-vous que vos activités actuelles sont la cause de ce sentiment ? C’est inexact. Vous aviez l’impression d’avoir plus de temps, car votre temps n’était pas monétisé.

En travaillant, vous avez compris le fameux adage : “le temps est de l’argent”. Vous savez désormais que votre salaire dépend du nombre d’heures que vous avez consacrées au travail.

Cette association provoque une habitude, celle qui consiste à penser que le temps est rare, et qu’il doit être utilisé de manière productive. Plus vous êtes riche, et plus vous considérez votre temps comme précieux. Ce qui est précieux est rare, et par conséquent vous avez toujours l’impression d’en manquer.

Or, c’est le contraire qu’il convient de considérer. Prenez le temps de savourer les choses, sans vous soucier de votre productivité. C’est le meilleur moyen d’augmenter la qualité de vos expériences.

Les mouvements slow food et slow life vont dans cette direction : remettre le temps, et non l’argent, au centre de sa propre vie.

Pensez-vous qu’il vaut mieux acheter un chien ou un poisson rouge ?

Vu le coût d’un chien à l’année, nombreux sont ceux qui préfèreront le poisson. Pourtant, posséder un chien permet de vous forcer à sortir, de pratiquer un peu de sport et de faire des rencontres, trois expériences qui améliorent la vie !

S’occuper des autres, les aider, ne serait-ce que 10 minutes par jour, n’est pas une perte de temps. Essayez, et vous verrez que vous aurez l’impression que votre temps s’allonge !

Pour arriver à vivre une “slow life”, vous devez apprendre à ne plus réfléchir en termes d’argent, mais en termes de temps.



Transformez vos décisions d’argent en décisions de temps

Préférez-vous dépenser votre argent ou votre temps ? Préférez-vous “dépenser” quatre heures de plus à l’aéroport ou prendre le vol plus rapide pour 100 euros de plus ? Êtes-vous prêt à intégrer la file d’attente pour obtenir des hamburgers gratuits ?

La plupart des gens préfèrent attendre et payer moins cher. Il leur est plus facile de dépenser du temps que de l’argent. Là encore, ce raisonnement est critiquable. Le temps perdu est perdu.

En vérité, en termes de bonheur, le temps est plus important que l’argent.

Quantifiez le temps que vous employez dans les transports, dans les embouteillages, en passant l’aspirateur, en remplissant des formulaires administratifs… C’est lorsque vous perdez votre temps d’une manière que vous n’avez pas volontairement choisie que vous êtes le plus malheureux.

Par exemple, les travailleurs qui se sentent pressés par le manque de temps au travail sont bien moins heureux à la fois au travail et dans leur vie personnelle.

Toutes ses petites frustrations liées à la perte de temps s’accumulent jour après jour, mois après mois, et au final on ne maîtrise plus vraiment ni son temps ni son agenda. Aussi, apprendre à utiliser son argent pour acheter du temps est un investissement, non une dépense. De même, il est primordial de ne pas utiliser son argent pour acheter des biens qui vous feront perdre davantage de temps.

Par exemple, payer une femme de ménage, même si vous n’êtes pas riche, représente un investissement très rentable en termes de satisfaction générale : à la fin de la journée, la somme de vos frustrations sera bien moindre.

Acheter une maison moins belle, mais plus proche de votre lieu de travail vous économisera des milliers d’heures d’énervement dans les déplacements. Des études ont déterminé qu’une heure de déplacement entre le domicile et le travail équivaut en termes d’insatisfaction à être au chômage ! Restez à moins de 30 minutes de votre lieu de travail et vous vous en porterez bien mieux.

Faire construire une piscine pour les week-ends semble une excellente idée, mais avez-vous pensé à la perte de temps qu’implique le fait de la nettoyer régulièrement ? Êtes-vous sûr que votre argent sera bien dépensé au regard des corvées à venir ?

Mettez le temps au centre de vos décisions pour faire de meilleurs choix d’achats. Lorsque vous achetez quelque chose, demandez-vous si les caractéristiques du produit vont améliorer la qualité de votre temps d’une manière ou d’une autre. Demandez-vous si cet achat influencera positivement votre vie. Si la réponse est négative, ne l’achetez pas, ou contentez-vous du modèle de base.

Réfléchissez toujours en termes de temps, et non en termes d’argent : le bonheur a besoin d’espace et de lenteur.

Payez avant, consommez après

Payer provoque une douleur psychique. Les scientifiques se sont rendu compte qu’une perte d’argent activait les mêmes zones cérébrales que celles qui étaient utilisées en cas de danger et de survie. Aussi, il n’est pas étonnant que les commerçants fassent tout pour alléger cette douleur, afin bien évidemment de provoquer les achats avec davantage de succès.

Pensez à votre carte bancaire, aux crédits, aux téléchargements d’applications ou de musique sur smartphones : tous ces moyens permettent de consommer le plus rapidement possible et de ne payer que plus tard.

Il est vrai que consommer dans l’immédiateté est toujours plus séduisant pour le cerveau que consommer plus tard. L’“ici et maintenant” est pratiquement toujours gagnant. Imaginez qu’on vous donne le choix entre payer et aller à un concert de votre groupe préféré ce week-end, ou payer et aller à ce même concert dans un an. Que choisissez-vous ?

Ici encore, c’est la solution contraire qu’il faudrait prendre pour avoir l’assurance d’être heureux, car l’attente a plusieurs effets très positifs. En ayant payé en amont, vous aurez l’impression lors de la consommation que c’est gratuit, et votre plaisir en sera décuplé.



L’anticipation de ce qui va arriver créera de l’excitation

Pensez par exemple à votre jour préféré. Il est probable que cela soit le vendredi et non le dimanche. Le vendredi, vous vous projetez dans le week-end, alors que le dimanche, vous anticipez que le travail du lundi.

Il en va de même pour les voyages : il a été prouvé que préparer son voyage des semaines ou des mois à l’avance est ce qui provoque le plus de plaisir. De même, si vous souhaitez être plus enthousiaste en vous levant le matin, prenez l’habitude de penser chaque soir à ce que vous allez faire de positif le lendemain.



L’attente aime la surprise

Par exemple, la marque Birchbox envoie tous les mois un colis dont vous ignorez le contenu exact. Les produits ne sont pas exceptionnels, mais le fait de les attendre et de recevoir une surprise transforme la découverte en pur plaisir.



L’attente améliore l’expérience

Si, par exemple, vous avez réservé dans un restaurant exceptionnel depuis des mois, l’excitation de l’attente rendra votre expérience inoubliable. Le contraire fonctionne également : en cas d’expérience moins agréable que prévu, votre anticipation l’améliorera tout de même et vous la trouverez acceptable.



L’attente libère de la pression de consommer

Imaginez que vous avez payé une place de concert il y a longtemps, mais que la veille d’y aller, vous n’êtes pas bien. Vous vous sentirez libre d’être à l’écoute de vous-même, et de ne pas y aller. En revanche, si vous avez payé le jour même, cela vous poussera à y aller tout de même.

Par conséquent, chaque fois que cela est possible, payez immédiatement et attendez avant de consommer.

Koob de Happy money
Investissez dans les autres

On pourrait se demander pourquoi des milliardaires comme Warren Buffet ou Bill Gates donnent la majeure partie de leur argent à des causes humanitaires. L’intérêt fiscal ou le soin apporté à leur réputation n’en constituent pas les véritables raisons. En réalité, être utile aux autres est l’un des meilleurs moyens d’être heureux.

Ce phénomène est dû à la composition même du cerveau : la survie étant favorisée par le groupe, tout ce qui rapproche du groupe provoque des effets hormonaux positifs. Il a été démontré qu’après un don, le cortisol dans la salive diminue fortement. En d’autres termes, donner vous permet d’être en meilleure santé !

Partant de ce constat, on peut, si l’on ne souhaite pas donner du temps, arriver au même résultat en donnant de l’argent. Donner augmentera votre bonheur.

Par contre, certaines conditions doivent être remplies pour que votre bonheur soit total. Le don doit être :

- spontané. En effet, rappelez-vous les moments où vous vous êtes retrouvé “forcé” de donner, pour vous libérer de la demande ou à cause de la pression sociale. Vous n’avez ressenti aucun plaisir, et ne vous êtes pas senti utile. Le don doit être effectué spontanément, sans pression ni contrainte ;

- le moyen de vous rapprocher de quelqu’un. Quand un don crée un lien social, il implique une satisfaction plus grande, quel que soit son montant. Bien sûr, plus la personne est émotionnellement proche de vous, et plus les émotions ressenties seront puissantes ;

- suivi d’un impact clair. Par exemple, donner de l’argent à l’UNICEF n’est pas la même chose que donner à Spread The Net. Dans un cas, l’organisation est nébuleuse et vous ne savez pas quel sera l’impact de votre don. En revanche dans le second cas, vous choisissez vous-même qui et comment aider.

Dès aujourd'hui, essayez ! Commencez par donner 5 euros de la manière que vous voudrez, qui respecte les critères mentionnés. Vous verrez de vous-même que cela fonctionne. Vous vous sentirez mieux et plus heureux d’avoir été utile. Ne sous-estimez pas ce moyen !

Si les gouvernements appliquaient ces conseils, tout le monde serait bien plus heureux

Affiner sa manière de dépenser pour être plus heureux n’est pas réservé aux particuliers. Les gouvernements pourraient améliorer notablement la vie des citoyens s’ils les appliquaient. Il s’agirait alors de mesures prises au quotidien pour encourager les individus, de manière naturelle et non forcée, vers ce qui provoque psychologiquement plus de bonheur.

Voici quelques exemples :

- faciliter l’accès au savoir : arrêter d’encourager l’achat de maisons ou de voitures, dont vous savez désormais qu’elles n’apportent pas vraiment le bonheur escompté. Les gouvernements pourraient rendre les musées gratuits, créer des lieux de divertissements intelligents, limiter les accès des voitures aux centres-villes, etc. ;

- créer de la rareté : les gouvernements pourraient favoriser la rareté, simplement en taxant davantage les produits les plus nocifs pour la santé ;

- acheter du temps : ils pourraient favoriser les infrastructures rapides et agréables, multiplier les voies de vélos, enlever les feux de signalisation, bloquer l’accès aux camions, etc. ;

- payer immédiatement et consommer plus tard : ils pourraient limiter l’accès au crédit et aux publicités l’encourageant, obliger les commerçants à mentionner en gros le prix final avec les frais et intérêts du crédit ;

- investir dans les autres : ils pourraient également exonérer totalement les donations et taxer davantage les riches. La réduction des inégalités est un moyen des plus puissants pour apporter du bonheur à toute une population. Pour ce faire, expliquer où va l’argent : les riches eux-mêmes seraient plus enclins à payer.

Alors, à quand une société qui se préoccupe davantage du bonheur de ses membres que des ventes dans le bâtiment ?

Conclusion

Chercher à être heureux est souvent contre-productif et difficile, car le concept même est difficile à définir. En revanche, apprendre à mieux dépenser son argent est bien plus simple et naturel, et les effets concrets se font tout de suite sentir. Ce n’est bien sûr pas la seule voie pour améliorer sa vie, mais c’est un moyen très efficace d’y parvenir rapidement. Réaffectez votre argent vers ce qui vous rend plus heureux, n’est-ce pas au fond ce qu’il y a de plus logique ?

Ce qu’il faut retenir de ce koob :

- gardez à l’esprit qu’on se lasse rapidement des biens matériels ;

- utilisez votre argent pour acheter des expériences plutôt que des objets ;

- utilisez votre argent pour acheter du temps ;

- provoquez volontairement la rareté, pour mieux apprécier ce que vous possédez ;

- payez tout de suite, et consommez plus tard ;

- investissez dans les autres.
Revenir en haut Aller en bas
http://entraide.forumactif.org
 
Happy money
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bien-être & Développement personnel :: SALON :: KOOBER( résumés) de livres-
Sauter vers: