Bien-être & Développement personnel

Discutions amicales
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le placebo, c’est vous

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 805
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Le placebo, c’est vous   Sam 5 Mai - 12:20

Le placebo, c’est vous

En lisant ce koob, vous apprendrez comment utiliser les pouvoirs de votre esprit pour influer sur votre corps et votre vie, afin de vous guérir ou de provoquer les changements que vous désirez.

Vous apprendrez aussi :

- ce qu’est l’effet placebo ;

- que celui-ci peut être provoqué volontairement ;

- l’importance de sélectionner vos pensées ;

- comment guérir de n’importe quelle maladie ;

- comment oublier votre passé et devenir qui vous voulez ;

- la technique pour méditer efficacement.

Comment expliquer les guérisons miraculeuses ? Comment expliquer qu’en l’absence de tout médicament actif, des milliers de personnes se rétablissent spontanément ? Comment Joe Dispenza lui-même, après s’être fracturé plusieurs vertèbres lors d’un accident de voiture, a-t-il pu guérir et remarcher sans opération lourde ni implants, et ce, en dépit de l’avis des spécialistes ? Il s’agit là des limites de la science et de la médecine, de l’orée d’un domaine moins connu, mais tout aussi passionnant : celui du pouvoir de l’esprit. Certes, les théories exposées ici peuvent sembler avant-gardistes, farfelues, étonnantes, et peut-être même critiquables d’un point de vue médical. Il n’en reste pas moins que la médecine reconnaît le pouvoir du placebo, et ce faisant, elle reconnaît aussi ceux qu’elle ne maîtrise pas encore. Joe Dispenza affirme avoir permis des guérisons extraordinaires. Serez-vous le suivant ?

Vous êtes votre propre placebo

Le placebo est un remède thérapeutique sans aucun principe actif, mais ayant néanmoins des effets physiques réels. Quels sont ces effets ?

Que ce soit de l’eau salée, des petites pilules de sucre ou une injection de sérum physiologique, le principe est le même : un élément externe sans valeur intrinsèque provoque un effet important par l’intermédiaire de l’action psychologique du patient. Autrement dit, le patient peut prendre n’importe quel placebo, tant qu’il le pense efficace, les effets se produiront réellement.

Le principe fonctionne dans les deux sens. Des individus tombent malades en étant mal diagnostiqués — c’est l’effet nocebo —, d’autres sont guéris de la maladie de Parkinson ou sortent de dépression parce que le médecin leur fait miroiter un nouveau traitement placebo. D’autres encore, en plein champ de bataille, sont soulagés de leurs blessures en recevant une injection d’eau salée qu’ils croient être de la morphine !

Plus surprenant encore, il arrive que ceux qui reçoivent le placebo sachent que c’en est un, mais l’effet se produit quand même… !

Les exemples sont nombreux, et l’efficacité des placebos n’est plus à démontrer. Le problème étant que personne ne connaît vraiment leurs effets, car ils dépendent de la psychologie de chaque patient. Si les effets sont là, les causes ne sont pas clairement établies, les résultats sont donc aléatoires et difficilement prévisibles.

Indépendamment du fait que ce domaine soit encore peu connu, deux enseignements en sont ressortis :

1. le cerveau est sa propre usine chimique et il peut produire la quasi-totalité des effets biologiques connus — et inconnus —, puisque c’est lui qui provoque la guérison ;

2. si le placebo dépend de l’effet de l’esprit sur le corps et n’a aucun principe actif, alors il est lui-même inutile. Il est tout à fait possible de demander à l’esprit de produire lui-même le résultat voulu, en l’absence totale de placebo matériel, à condition de savoir comment.

C’est sur ce point qu’il faut insister : vous êtes potentiellement capable d’être votre propre placebo, vous n’avez pas besoin d’une aide extérieure. Ce qui signifie que vous avez déjà, même en l’absence de tout médicament réel ou supposé, tout ce qu’il faut pour guérir de n’importe quelle maladie. Vous pouvez donc produire n’importe quel effet, que ce soit :

- une croissance musculaire rapide ;

- la résistance à un bain de glace ;

- la modification de vos traits de caractère.

Il suffit pour cela de savoir comment faire.

Vous êtes prêt à devenir votre propre placebo ?

Le placebo fonctionne par le pouvoir de la suggestion

Ce qui fait que le placebo marche est la suggestion de l’effet qu’il pourrait produire. Comment cela fonctionne-t-il ?

Un placebo est donc tout événement qui induit une suggestion précise dans l’esprit de celui qui y croit, que le placebo soit concret et matériel ou non.

Par exemple, imaginez-vous dans un train bondé en hiver. Vous avez entendu à la radio ce matin-là qu’une épidémie de grippe était en cours. Cette nouvelle vous a très probablement rendu plus vulnérable. Vous avez été victime de la suggestion : “Vous avez plus de chances de tomber malade aujourd’hui qu’en temps normal.”

De même :

- les recherches ont montré que les pilules bleues étaient considérées comme plus puissantes que les roses ;

- avant un examen, s’il est sous-entendu que les hommes sont statistiquement meilleurs en maths que les femmes, ces dernières auront de moins bons résultats ;

- idem pour les hommes européens lorsqu’il leur est dit que les Asiatiques sont souvent plus forts dans cette matière.

Enfin, la religion, les traditions, provoquent des résultats insensés. En Inde, des enfants avalent du verre pilé sans dommage au cours de cérémonies religieuses et des fakirs plongent les mains sans regarder dans des paniers remplis de serpents mortels sans se faire mordre.

Tous sont des exemples de placebos efficaces.

Pour expliquer leur réussite, il suffit d’étudier la réaction de votre corps face à une croyance. Ainsi, lorsque vous êtes malade, vous associez un fait extérieur — prendre de l’aspirine, par exemple — à la modification d’un état intérieur — la fièvre baisse et vous allez mieux. Une fois habitué à ce schéma, si votre aspirine est remplacée par un placebo, vous connaîtrez très probablement les mêmes effets. Car plus vous croyez en une cause, et plus vous avez de chances de voir les effets annoncés se produire.

De même, une autre étude a montré que des femmes de ménage qui travaillaient toute la journée pouvaient améliorer notablement leur forme physique sans modifier leur routine. Il leur suffisait de se rendre compte qu’elles faisaient du sport toute la journée. La simple suggestion “vous faites du sport” plutôt que “vous faites du ménage” a suffi à provoquer des changements physiques spectaculaires chez ces femmes !

N'hésitez pas à changer d’état d'esprit pour effectuer les mêmes activités et les effets seront différents.

Modifiez vos pensées et vous modifierez les effets de vos suggestions

Le grand secret pour devenir votre propre placebo, donner naissance aux suggestions nécessaires, et donc aux effets souhaités, est de maîtriser vos pensées. Saurez-vous le faire ?



Les pensées influencent votre vie

L’homme produit en moyenne 70 000 pensées par jour, dont 90% qui sont identiques, malgré les apparences. Ce qui signifie que du matin au soir, il fait pratiquement toujours la même chose : des pensées identiques provoquent des choix identiques, qui provoquent des expériences et des souvenirs identiques.

À force, l’esprit entier est pris dans une routine, les actions se font de moins en moins conscientes et de plus en plus subconscientes, et les suggestions existantes se cristallisent pour devenir “soi-même.” À 35 ans, 95% de qui vous pensez être est en réalité totalement subconscient.

Ainsi, la personnalité n’est qu’un amas d’habitudes de pensées et d’actions, elle n’a pas d'existence propre. Vous étiez convaincu que les gènes formaient celle-ci ? Des expériences menées sur de vrais jumeaux contredisent ce point : nés identiques, leur évolution génétique n’est pas du tout la même au fil des années. Le rôle de l’environnement et de leur empreinte psychologique sur leur corps ont au contraire été prépondérants.



Pour guérir, vous devez changer

Alors, pour guérir, ou tout simplement pour vivre une réalité différente, il faut littéralement devenir quelqu’un d’autre. Si vous restez vous-même, vous connaîtrez les mêmes effets : vous garderez votre vie actuelle. La seule manière de changer votre réalité est donc de changer vos pensées, car tout le reste en découlera.

Oui, le corps et l’esprit sont liés. Les gènes, plutôt que de graver dans le marbre qui vous êtes, doivent plutôt être perçus comme une immense bibliothèque de ressources disponibles. Celles-ci seront activées dans un sens ou dans l’autre en fonction de la direction donnée par vos pensées.

Si vous être stressé en permanence, par exemple, votre corps traduira physiologiquement votre état d’esprit, lui-même influencé par votre corps. C’est un cercle vicieux !

De plus, les connexions neuronales se renforcent au fur et à mesure qu’une habitude est répétée. Elles se rassemblent en véritables “autoroutes synaptiques” qui rendent très difficile tout changement. Si vous prenez l’habitude d’être stressé, vous le serez tout le temps, car votre cerveau sera structuré ainsi, et il aura besoin de stress pour fonctionner.



Choisissez qui vous voulez être

Le principe même du changement consiste à provoquer en vous des suggestions positives plutôt que les suggestions négatives ancrées de longue date. Cela demande de porter une attention particulière à ce que vous pensez.

Si vous ne choisissez pas consciemment ce que vous voulez, vos habitudes et votre environnement le feront pour vous, et vous n’en retirerez rien. En effet, votre subconscient les suivra aveuglément sans se poser de questions et cela aura des conséquences néfastes sur votre vie.

Plutôt que de laisser votre environnement vous influencer, influencez-le ! Prenez le contrôle !

Votre cerveau ne fait pas la différence entre une vraie expérience et une expérience inventée

Le terme “pensées” ne désigne pas uniquement la réflexion mentale, mais aussi les expériences et les souvenirs. Comment celles-ci influencent-elles votre vie ?



Une expérience, même imaginée, est bénéfique

Lorsque vous vous souvenez, d’autant plus si vous le faites avec précision, votre cerveau reproduit le même état physiologique dans lequel vous étiez à ce moment-là. De même, lorsque vous imaginez une expérience — par exemple, être à la plage plutôt qu’au bureau —, votre cerveau reproduit les mêmes sensations que si vous y étiez vraiment.

Cette observation est très importante pour provoquer les suggestions et les changements voulus : plus vous “expérimentez” une réalité différente, même imaginée, et plus vos connexions cérébrales se créent en fonction, comme si c’était vrai. Pour le dire plus simplement : plus vous y croyez, et plus vous le matérialisez physiquement, au sens neurologique du terme. Votre cerveau se modifie en direct.

Attention, la précision du souvenir ou de l’expérience dépend de l'entraînement de chacun. Les effets sur votre corps seront plus ou moins importants selon votre degré d’attention et de concentration.



Vous pouvez faire croire n’importe quoi à votre cerveau

Une expérience de l’université de Harvard consistait à demander à des personnes âgées de croire et d’agir pendant plusieurs jours comme si elles avaient 20 ans de moins. Les effets physiques et biologiques ont été impressionnants : tous ont connu une amélioration significative de leur état de santé.

Voilà pourquoi dans les disciplines olympiques, la visualisation est si importante. C’est en répétant mentalement l’exercice, comme sur un parcours de golf, ou en imaginant soulever des haltères plus lourds, que vous permettez au cerveau de progresser. Celui-ci agit comme si cela s’était déjà produit.

Ainsi, casser sa routine, vivre de nouvelles expériences et de nouvelles pensées sont des outils nécessaires pour créer plus de potentialités, mais il en va de même des expériences et pensées créées de toutes pièces.

Plus vous imaginerez un futur qui vous est favorable, et plus vous aurez de chances qu’il devienne réalité. Non pas parce que vous croyez à une quelconque forme de pensée positive, mais bien plutôt parce que vous programmez et modifiez votre cerveau pour agir en fonction. Ce faisant, vous devenez littéralement quelqu’un d’autre.
Ne sous-estimez pas le pouvoir de votre subconscient

Vouloir changer, penser différemment et visualiser des expériences afin de les rendre réelles est un très bon début, car c’est ce qui initie les changements. Mais pour que le changement survienne vraiment dans la réalité, vous devez apprendre à faire accepter vos suggestions par votre subconscient. Pourquoi ?

Lui seul a le pouvoir de concrétiser les projets que vous souhaitez réaliser, car il contrôle votre corps. Vous ne maîtrisez pas le battement de votre cœur, votre température, votre sommeil ou votre digestion, par exemple. Tout changement en profondeur, sur le plan physique, émotionnel ou mental, a besoin de son aide pour être appliqué, et surtout, pour perdurer. Car une suggestion acceptée par le subconscient devient toujours réalité.

À l’inverse, une suggestion consciente, mais non acceptée subconsciemment, n’aura pas d’effets, ou les effets se dissiperont rapidement. C’est pourquoi l’enthousiasme de la plupart des gens face à quelque chose de nouveau — la solution pour changer de vie, arrêter de fumer, maigrir, guérir d’une maladie — est superficiel. Leur énergie de départ a vite fait de se tarir tant qu’ils ne sollicitent pas l’aide de leur subconscient.

Celui-ci est des centaines de fois plus compétent que le conscient, a accès à des ressources insoupçonnées, est capable de trouver la solution à des problèmes complexes en recoupant tous les savoirs et toutes les expériences enregistrées dans votre vie.

Le problème est qu’il est tellement efficace que si vous n’y prenez pas garde, il mettra la quasi-totalité de votre vie en mode automatique. Il est en effet très facile pour lui d’automatiser des actions, que celles-ci soient positives ou négatives, car il ne connaît pas le jugement de valeur : il fait ce qui lui est demandé le plus souvent, et il le fait bien.

Or les effets placebo dépendent totalement de son action : si votre conscient croit au placebo, mais pas votre inconscient, il sera inopérant. En revanche, si votre conscient n’y croit pas, mais que votre subconscient oui, cela fonctionnera.

Aussi, si vous voulez de vrais résultats, vous devez apprendre dès que possible à communiquer efficacement avec votre subconscient.


Apprenez à communiquer avec votre subconscient pour appliquer l’effet placebo

Le langage du subconscient n’est pas le langage du conscient. Il est en effet extrêmement difficile de faire accepter une suggestion à votre subconscient en lui disant quoi faire, et comment le faire. Faut-il le forcer par un moyen quelconque à écouter ?

Au contraire, il convient de lui laisser le champ libre et de lui faire confiance. Il trouvera par lui-même la meilleure solution. Vous devez toutefois lui montrer la direction à suivre, à l’aide de pensées répétées et d’expériences imaginées. Il se débrouillera ensuite pour les matérialiser dans la réalité.

Cela demande de communiquer avec votre subconscient. Or certaines personnes y arrivent mieux que d’autres, parce que leurs suggestibilités sont différentes. Peut-être alors vous demandez-vous quel est votre degré exact de suggestibilité ? Pour le découvrir, étudiez vos capacités d'analyse.

Plus vous faites dans l’analyse, et moins vous êtes suggestible. Voilà pourquoi même une personne motivée n’arrivera pas à convaincre son subconscient si elle réfléchit trop.

Or la généralisation des études universitaires, de la peur de l’inconnu ou même simplement les prédispositions naturelles ont développé cet esprit critique discursif. Celui-ci diminue votre capacité à interagir avec votre subconscient, et lui fait perdre une grande partie de son pouvoir.

Pour y remédier, pour que vos pensées et suggestions soient efficaces :

- rappelez-vous de les accepter sans y réfléchir ou les analyser ;

- croyez-y de tout votre être ;

- abandonnez-vous en laissant faire votre subconscient.

Car acceptation, croyance et abandon sont les clés de la suggestion efficace.

Pour faire des suggestions, il vaut donc mieux être détendu, rêveur, calme et au bord du sommeil. Vous produisez dans ces moments des ondes alpha qui sont propices aux suggestions. À l’inverse, si vous réfléchissez, avez peur, êtes stressé, distrait, pressé, vous ne pouvez vous suggestionner correctement : vous produisez des ondes bêta, purement conscientes.

Vous voulez vraiment résoudre un problème ? Détendez-vous et faites preuve de positivisme.


Provoquez un tsunami émotionnel si vous souhaitez changer

La vie “normale” est faite de pensées et croyances répétées à l’infini, qui reproduisent les mêmes états, et par conséquent, les mêmes résultats. Ces fonctionnements ont pour origine des émotions qui vous ont marqué, souvent durant l’enfance. Vous avez ensuite décidé, consciemment ou non, qu’elles seraient le point de départ d’un comportement donné. Ces émotions sont-elles immuables ?

Par exemple, en ratant votre première représentation théâtrale lors de la fête de fin d’année, vous pouvez développer une peur de l’échec, une timidité ou une aversion pour le public. De même, si vous avez eu une expérience amoureuse satisfaisante et que la cigarette était un bon souvenir lié, vous pouvez continuer à y associer cette expérience positive et il sera plus dur d’arrêter.



Certaines expériences vous ont marqué plus que d’autres

Le dénominateur commun à toutes ces expériences est qu’elles ont été intenses : émotionnellement, intellectuellement ou psychologiquement. Du moins, suffisamment intense dans leur domaine pour vous servir de référence future.

Or si vous voulez changer, vous devez renier ces expériences initiales, l’environnement qui vous les rappelle sans cesse et vos pensées qui tentent de les reproduire.

La tâche n’est pas simple ! Une vie entière d’habitudes joue contre vous. Pour y arriver, vous devez donc créer une nouvelle expérience qui balaiera les anciennes, comme une vague emporte les coquillages sur le sable.

Cette nouvelle expérience, choisie et volontairement provoquée, constituera le nouveau point de départ de votre nouveau comportement. Elle prendra immédiatement la place de l’ancienne et deviendra votre moteur.



Créez une nouvelle expérience

Comment rendre cette expérience déterminante ?

En changeant d’état d’être, en ayant une intention claire et grâce à des émotions marquantes.

Rappelez-vous que pour changer vous devez devenir quelqu’un d’autre. Vous devez donc apprendre à penser et à agir de manière différente. Pour cela, rien ne vaut les émotions positives, comme :

- l’amour ;

- la gratitude ;

- la confiance ;

- la sincérité ;

- l’intégrité ;

- la paix, etc.

Ces émotions, répétées et améliorées, ont des effets puissants sur le cerveau en décuplant ses potentialités.

Au contraire, lorsque vous avez peur, que vous êtes préoccupé ou stressé, vous vous concentrez davantage sur vous-même. Vous cherchez des moyens de gagner du temps, de vous protéger, de vous préserver : vous êtes en mode “survie”. Ce mode est celui de la fuite ou du combat, de la difficulté et du risque, mais pas des nouvelles possibilités ni du développement de vos capacités latentes.

Ainsi, le cerveau a besoin d’émotions positives pour se libérer : engendrez des états émotionnels élevés et vous provoquerez le changement désiré.


Méditer est la voie royale vers le changement

Si vous voulez changer rapidement, alors apprendre la méditation est un moyen extrêmement utile. Cette technique ancestrale est en effet le moyen le plus facile de dégager des formes d’ondes alpha qui provoquent les communications subconscientes. Qu’attendez-vous pour vous y mettre ?

Alors que dans la vie de tous les jours, l’individu a tendance à se focaliser sur lui-même, sur ce qu’il doit faire, les risques à éviter et les opportunités à saisir, la méditation lui fait faire l’exact contraire. Sa pratique ne permet pas d’atteindre un objectif, mais vous apprend à être, à trouver un état de conscience délivré des contraintes journalières, un oubli de soi.

En oubliant votre ego, en oubliant qui vous êtes, ce que vous possédez, qui vous connaissez, ce que vous devez faire, vous vous reconnectez à vous-même, à la source de votre être où se situent toutes les possibilités, toutes les potentialités.

Or lorsque vous faites table rase de qui vous pensez être, vous pouvez devenir qui vous voulez. La méditation permet cela, elle développe votre potentiel, votre maîtrise des pensées et de vos états émotionnels. En un mot : elle vous redonne le contrôle.

Toutefois, il n’est pas facile d’apprendre à méditer : le mental, habitué à s’agiter, est réticent à la pacification nécessaire. Mais comme toute chose, plus vous vous entraînerez, et plus cela deviendra facile.

Le meilleur moment de la journée pour le faire est le matin ou le soir avant d’aller vous coucher, car ce sont deux états naturels qui favorisent la méditation.

Laissez votre vie et ses problèmes derrière vous. C’est justement pour y remédier que vous méditez : moins vous y penserez, et plus vous pourrez retrouver votre potentiel et des solutions devenues invisibles.

Cela semble paradoxal, mais le meilleur moyen de résoudre vos problèmes est de ne pas y penser, au contraire : concentrez-vous sur votre vie idéale, celle où vos problèmes sont déjà résolus !

Grâce à la méditation, aux émotions et aux pensées focalisées, cohérentes, allant dans une seule direction, vous provoquerez les changements les plus spectaculaires : vous deviendrez votre propre placebo.


Conclusion

L’ignorance des pouvoirs de l’esprit est criante, elle conduit malheureusement à se laisser influencer par le monde, pour qui croit qu’elle est naturelle et normale. Ce qui est vraiment naturel est de retrouver son potentiel, et de vivre la vie souhaitée. Imaginez ce que le monde pourrait devenir si tout le monde savait comment devenir le meilleur de soi-même ! Donnez l’exemple maintenant que vous savez comment.

Ce qu’il faut retenir de ce koob :

- le placebo est un moyen trompeur de provoquer un effet réel ;

- l’esprit peut être son propre placebo ;

- pour y arriver, il faut créer des suggestions efficaces qui seront acceptées par le subconscient ;

- cela se fait en pensant et imaginant des expériences positives, car le cerveau ne fait aucune différence entre le réel et l'imaginaire ;

- ces attitudes plus positives que d’habitude modifieront la structure même du cerveau qui provoquera “in fine” les résultats voulus ;

- méditer est un moyen vivement recommandé pour vous y entraîner.

Revenir en haut Aller en bas
http://entraide.forumactif.org
 
Le placebo, c’est vous
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bien-être & Développement personnel :: SALON :: KOOBER( résumés) de livres-
Sauter vers: