Bien-être & Développement personnel

Discutions amicales
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La science de l’enrichissement

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 766
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: La science de l’enrichissement   Sam 5 Mai - 15:15

La science de l’enrichissement

En lisant ce koob, vous découvrirez que tout le monde peut devenir riche à condition de le vouloir et de suivre quelques principes simples.

Vous découvrirez aussi que :

- s’enrichir est un droit et un devoir ;

- et une noble tâche, contrairement aux idées reçues ;

- la planète est suffisamment féconde pour contenter tout le monde ;

- une détermination sans faille est la condition “sine qua non” pour devenir prospère.

Wallace D. Wattles écrit “La science de l’enrichissement” en 1910. Il y détaille le processus permettant d’accéder à la richesse, les grands principes et les conseils pratiques à appliquer pour qui souhaite passer à l’action. Wattles a lui-même trouvé la prospérité après des années de pauvreté. Alors, pourquoi pas vous ?

Être riche est un droit et une science

Si la pauvreté est considérée comme une vertu, elle ne vous permet pourtant pas d’accéder au bonheur, car l’épanouissement est indissociable de la richesse. Sans argent, sans biens, il vous est impossible de réussir votre vie et de devenir ce que vous voulez être. Donc, non seulement s’enrichir n’est pas blâmable, mais celui qui prétend n’avoir pas besoin d’argent est anormal.

Pour vivre pleinement, vous devez tenir compte de vos trois composantes :

1. corps ;

2. esprit ;

3. âme.

Celles-ci sont équivalentes, alors contentez-les de façon égale. Renier l’une au profit d’une autre serait une erreur et source d’insatisfaction.

Le corps doit ainsi s’alimenter suffisamment, se vêtir correctement, être bien logé et s’adonner à un travail raisonnable entrecoupé de pauses.

L’esprit peut s’épanouir dans les lectures, les voyages et l’art.

Quant à l’âme, elle se nourrit d’amour, lui-même incompatible avec l’indigence. Si vous aimez, donnez et faites le bien autour de vous. En l’absence de richesse, vous n’y parviendrez pas.

Il est par conséquent tout à fait normal de vouloir être riche et d’apprendre à l’être.

L’enrichissement est même une science exacte, au même titre que l’arithmétique, aussi sûrement qu’un et un font deux. Comment, dès lors, devenir riche, posséder des biens et de l’argent ?

C’est en agissant d’une “certaine manière” que vous y arriverez. Commencez par vous débarrasser des idées reçues.

S’enrichir ne dépend pas de l’environnement ou de la profession exercée : des riches et des pauvres peuvent en effet habiter dans le même quartier. Évidemment, le lieu peut avoir son importance : vous ne développerez pas un business au milieu du désert.

Devenir riche ne nécessite pas non plus de posséder un talent — même s’il peut être utile — ou d’épargner.

En revanche, si vous comprenez les lois qui gouvernent le monde, que vous vivez en harmonie avec elles, alors vous pourrez vous enrichir. Commencez par choisir un travail qui vous plaît et faites en sorte de vous trouver au bon endroit au bon moment.

Vous ne restez pas pauvre parce que d’autres ont monopolisé les richesses ou qu’il y a pénurie de réserves. Contrairement à ce qu’on entend dire, le riche ne prend rien au pauvre. Si vous voulez changer de vie, faire évoluer votre situation, de nombreuses solutions s’offrent à vous. Charge à vous de suivre le courant et d’agir d’une certaine manière.

Aussi, la planète regorge de réserves visibles quasiment inépuisables et de réserves invisibles intarissables. Ce qui a vécu se dissout et laisse la place à la nouveauté, qui se renouvelle continûment. Cette “substance informe”, vivante et pensante, répond aux besoins de l’être humain. En d’autres termes, la nature est féconde et ne peut laisser l’homme sans ressources. Mieux, elle le pousse vers la vie.

L’homme est capable de donner vie à ce qu’il imagine : c’est la première étape vers l’enrichissement

D’où proviennent toutes les formes présentes dans l’univers, tous les organismes vivants ? Tout ce qui est tangible est créé par la pensée, à partir de la “substance informe”, essence à l’origine de chaque chose dans l’univers.

Toute chose matérielle est une substance qui pense et produit ce qu’elle imagine, c’est-à-dire une forme. Quand la matière informe pense à un mouvement, elle crée ce mouvement. De fait, lorsqu’elle pense à un chêne qui grandit lentement, elle pense d’abord à sa forme, épouse cette forme puis produit l’arbre en mettant en mouvement des forces.

Quant à l’homme, il commence par penser à la forme puis la crée avec ses mains. Pour ce faire, il s’inspire de formes déjà existantes. Même s’il n’en a pas conscience ou que cela lui demande trop d’efforts, il peut aussi inventer des formes nouvelles. Il lui faut donc aller au-delà des apparences, des formes connues et penser la vérité pour devenir maître de son destin. C’est une question de volonté.

Si vous parvenez à vous débarrasser de vos peurs et de vos doutes, vous produirez ce que vous voulez et deviendrez ce que vous voulez être.

Si, par exemple, vous vous focalisez sur la pauvreté, vous créez les formes correspondantes dans votre esprit, vous vous y accrochez et vous vous persuadez que la pauvreté existe bel et bien. “A contrario”, en vous concentrant sur cette vérité, que seule la richesse existe, en vous en persuadant, vous produirez les formes de la richesse dans votre esprit et pourrez effectivement vous enrichir.

Le monde peut vous donner tout ce que vous souhaitez sans que vous ayez à rivaliser avec les autres

Les choses et les êtres humains sont imprégnés d’une “substance intelligente” qui vit et est en constante évolution. Cette intelligence est faite de pensées qui s’enchaînent : une pensée en fait naître une autre, de même qu’un talent donne envie de cultiver un autre talent.

Naturellement, vous voulez toujours en apprendre davantage. Et plus vous savez, plus vous agissez, plus vous existez, plus vous avez besoin de posséder des biens et de vous enrichir.

L’univers est capable de vous offrir l’abondance et la vraie vie : tout le monde peut en profiter.

Vous devez également vous souvenir que la vie est un équilibre, qu’elle est à la fois physique, mentale et spirituelle et qu’aucune de ces trois fonctions ne doit être négligée. Si vous voulez devenir riche uniquement en aidant les autres jusqu’à vous sacrifier, vous privilégiez les joies de l’âme. Or celles-ci ne sont pas meilleures que celles de l’esprit ou du corps. L’altruisme excessif est une aberration, tout comme l’égoïsme exacerbé.

De surcroît, vouloir être riche ne signifie pas entrer en compétition avec autrui et l’exploiter. Il n’est pas question non plus de jalouser qui que ce soit. La concurrence est à bannir, et la création à valoriser.

Il est bien sûr possible de citer des multimillionnaires qui ont réussi à s’imposer : Rockefeller, Carnegie, etc. Ils ont certes joué un rôle très important dans l’industrie, mais n’ont jamais connu une vie privée épanouie.

Jetez donc aux oubliettes toute pensée concurrentielle et dites-vous que l’argent n’est pas bloqué par d’autres. Vous aurez ce dont vous avez besoin, les autres auront aussi ce qu’ils veulent.

Vous pouvez obtenir ce que vous voulez si vous respectez les besoins des autres et que vous observez la loi de la gratitude

Il n’est pas question de renoncer à toute négociation. Vous pouvez en effet mener des affaires et effectuer des transactions sans pour autant être intraitable. D’une part, vous devez toujours chercher à obtenir quelque chose en retour. D’autre part, vous avez intérêt à donner à l’autre plus que ce que vous ne lui prenez. Il s’agit bien de donner davantage en valeur d’usage.

Si, par exemple, vous vendez un tableau d’une très grande valeur à un Esquimau et que vous demandez pour 500 dollars de fourrures en échange, vous le lésez. Pourquoi ? Parce qu’il ne fera rien de votre tableau. En revanche, si vous lui proposez un fusil d’une valeur de 50 dollars en échange de ses fourrures, alors vous et lui réaliserez une bonne affaire. Avec ce fusil, l’Esquimau se procurera davantage de fourrures, vivra mieux et s’enrichira.

Visualisez clairement l’objet ou la transaction que vous voulez obtenir. Gardez son image mentale gravée dans votre esprit, ne la perdez pas de vue et convainquez-vous qu’elle vous appartient déjà.

De même, si vous fixez dans votre conscience votre désir de posséder des richesses, vous les obtiendrez. Ce désir est le vôtre et celui de Dieu, qui s’exprime à travers vous. Il veut le meilleur et l’abondance pour tous, pas la pauvreté et le sacrifice de soi : vous pouvez donc obtenir ce que vous voulez à condition de lui en être reconnaissant.

Cette gratitude vous ôtera toute tentation d’entrer en compétition avec les autres. De quelle façon fonctionne-t-elle ?

Quand vous manifestez de la reconnaissance envers le pouvoir créateur, vous libérez de l’énergie positive vers lui. En retour, il rend votre vie plus agréable et vous permet d’obtenir encore plus. Ce cercle vertueux vous mène à l’harmonie si vous êtes délibérément positif et que vous voyez le verre à moitié plein.

Il est inutile de perdre du temps à critiquer les ploutocrates ou à se mettre en colère contre les politiciens corrompus. Vous bénéficiez en effet indirectement de leurs actes. Gardez votre énergie pour ce qui en vaut la peine.

“Penser d’une certaine manière”, c’est être déterminé à rendre tangible vos envies avec une volonté de fer

Vous voulez réaliser quelque chose ? L’obtenir ? Si votre désir est flou, que vous l’exprimez en des termes généraux, qu’il n’est que promesse, vous n’obtiendrez rien. Paresse et facilité ne mènent nulle part.

Efforcez-vous de représenter votre désir mentalement, de façon très précise et concrète. Prenez le temps de passer en revue ce que vous désirez vraiment et imprimez des images mentales claires dans votre esprit. Votre désir devient réalité si vous y croyez fermement, que votre détermination est sans faille. Vous pouvez prier, c’est-à-dire vous accrocher à votre vision, mais faites-le continuellement, pas une fois de temps en temps.

Après que vous aurez formé votre vision spécifique, vous pourrez la recevoir, c’est-à-dire la verbaliser, l’intégrer à votre quotidien comme si vous l’aviez déjà. Souvenez-vous toutefois que cette vision n’est pas un rêve. Elle devra revêtir une réalité palpable.

Pour réussir à devenir riche, il vous faudra faire preuve de détermination et vous appliquerez cette volonté uniquement à vous-même. En effet, obliger quelqu’un à faire quelque chose, même “pour son bien”, est inacceptable. Contraindre Dieu à vous donner quelque chose serait inepte et inconvenant.

Ainsi, grâce à une détermination ferme et à une volonté bien dirigée, vous parviendrez à former des visions positives et veillerez à éliminer le négatif. Ceux qui doutent ou ont peur sont voués à l’échec, car la substance informe se retire d’eux : ils se concentrent sur les risques et les obstacles. Il convient donc d’utiliser votre volonté de façon pertinente et de vous focaliser sur la chose que vous voulez et non sur son opposé.

Personne n’obtient une santé de fer en étudiant la maladie et personne ne devient riche en faisant des recherches sur la pauvreté. Ne vous préoccupez pas de l’indigence, ne l’analysez pas : ses causes n’ont pas d’intérêt. Ce qui en a, c’est la façon d’en guérir.

Bien sûr, vous pouvez être sensible à la misère, mais ce n’est pas en consacrant du temps aux œuvres de charité que vous l’éradiquerez. Une action charitable distrait quelque temps l’intéressé, mais ne l’aide pas sur le long terme. Le meilleur moyen de venir en aide aux pauvres est d’être riche soi-même. Si vous leur montrez que vous pouvez vous enrichir, vous leur donnerez l’inspiration et les inciterez à faire comme vous.

Dans ce cas, pourquoi certains restent-ils pauvres ? Parce qu’ils pensent que les richesses ne leur sont pas destinées ou qu’ils n’ont pas la force mentale nécessaire pour s’en sortir. D’autres encore subissent la misère en raison de théories métaphysiques et occultes qui les embrouillent et sèment la confusion dans leur esprit.

C’est à vous, qui vous détournez de la pauvreté, de leur montrer le bon chemin et de leur faire comprendre que l’action prime sur la théorie, et la création sur la compétition.


Penser n’est pas suffisant : il faut aussi agir maintenant

L’action, étroitement associée à la pensée, est efficace.

Vous êtes à la montagne et décidez de chercher de l’or. Pour en trouver, vous allez attirer l’or vers vous par la pensée. Vous le visualisez clairement, puis vous passez à l’action. En effet, cet or ne s’extraira pas tout seul de la mine. Il ne viendra à vous que si vous en organisez son extraction, son raffinage ou sa frappe en pièces.

Par conséquent, il appartient à chaque acteur de prendre conscience des efforts à fournir quand il veut obtenir quelque chose. Vous amenez à vous ce que vous voulez par la pensée et le recevez par l’action.

Cette action s’inscrit dans le présent, ici et maintenant. Il vous est impossible d’agir là où vous n’êtes pas. Vous ne pouvez pas non plus agir là où vous avez été et là où vous serez. Vous agissez là où vous vous trouvez.

Ainsi, il est inutile de se préoccuper de savoir si le travail a été bien exécuté hier et de vouloir réaliser les tâches de demain : concentrez-vous sur le travail à effectuer aujourd’hui, dans votre environnement actuel.

Ne perdez pas de temps à rêver et à faire des plans sur la comète :

- agissez maintenant, dans votre domaine actuel ;

- ne procrastinez pas : faites aujourd’hui tout ce que vous pouvez faire, allez jusqu’au bout avec sérieux et sans précipitation.

Il ne s’agit pas toutefois de tomber dans l’excès et d’en faire trop. Ce qui importe, ce n’est pas la quantité d’actions menées, mais l’efficacité de chaque action et le succès qu’elle apporte. Toute action, forte et menée à son terme, vous enrichira. Vos heures de loisir pourront être mises à profit pour vous créer des images mentales, les peaufiner peu à peu avec des détails de plus en plus précis : elles seront plus faciles à réactiver le moment venu.

Si vous voulez vous enrichir, cultivez vos talents et choisissez la bonne profession

N’importe quelle activité peut vous permettre de devenir riche. Il faut juste avoir les bons outils, autrement dit, les facultés suffisantes.

Sans aptitudes musicales, vous ne deviendrez pas professeur de musique. Pourtant dotés de solides compétences, certains musiciens talentueux restent pauvres. Pourquoi ? Parce que posséder les meilleurs outils ne suffit pas. Encore faut-il savoir les utiliser.

Bien sûr, il vous sera plus aisé de réussir dans une profession pour laquelle vous aurez des aptitudes. Vous pourrez cependant développer d’autres talents susceptibles de vous conduire à la richesse.

Dans le premier cas, moins d’efforts seront nécessaires, tandis que dans le deuxième, vous jouirez d’une satisfaction plus grande, car vous ferez ce que voulez réellement faire. Le désir de se réaliser dans une activité choisie est une manifestation du pouvoir, et ce pouvoir, vous l’avez si vous faites en sorte d’exprimer vos talents.

Le métier que vous exercez en ce moment ne vous plaît pas ? Essayez de le rendre agréable, faites-le bien, donnez le meilleur de vous-même et voyez ce travail comme une étape sur le chemin de la réussite. Se hâter d’en changer n’est pas une bonne idée ; ce que vous désirez arrivera au moment voulu.

En cas de doute ou de manque de confiance en soi, il est préférable d’éviter toute prise de décision. Il vaut mieux revenir à la vision du métier convoité, avec détermination et gratitude.

Vouloir toujours plus pour soi et les autres est normal

Tout le monde recherche la croissance, quelles que soient les professions, salariées ou non, et les activités exercées. Tout ce qui vit — nature, activités humaines — est soumis à cette nécessité. Si elle cesse, c’est la mort qui s’installe.

L’être humain le sait d’instinct, c’est pourquoi il veut toujours plus. Il n’y a donc pas lieu de condamner l’envie de prospérer. À chaque fois qu’il entre en contact avec les autres, celui qui agit avec détermination partage avec eux cette impression de croissance, de progrès.

Soyez fier de votre capacité à vous enrichir, faites-le comprendre aux autres en restant modeste. Vous n’avez pas à vous vanter, mais expliquez que ce que vous voulez pour vous, vous le voulez pour tout le monde.

Prenez garde également à ne pas chercher à obtenir le pouvoir sur les autres. L’histoire regorge d’exemples de rois et de seigneurs qui se sont imposés par le sang et la violence dans le seul but d’étendre leur propre domination.

Depuis, ce ne sont plus les “rois politiques”, mais les “rois commerciaux” qui sont inspirés par la soif de pouvoir. Ces rois de l’industrie sont dans la compétition, pas dans la création.

Si vous voulez maîtriser votre destin, vous n’êtes pas du tout obligé d’écraser les autres. Il vous faut simplement savoir qui vous voulez devenir, être déterminé à être ce que vous voulez être.

Vous avancez par et pour vous-même. Un collègue, un employeur ou une connaissance, en somme quiconque entre en contact avec vous, doit pouvoir ressentir cette volonté.

Grâce à cette “certaine manière d’agir”, vous verrez très vite des occasions d’améliorer votre vie se présenter à vous.

De nombreux sceptiques pensent que l’enrichissement, en tant que science exacte, n’existe pas, mais ils se trompent

Vous rencontrerez des sceptiques prêts à soutenir que s’enrichir n’est pas une science exacte. Certains dirigeants politiques leur donnent raison lorsqu'ils maintiennent les populations dans le dénuement pour mieux les dominer. Mais le jour où ces peuples mettront en application les principes développés précédemment, ils prouveront aux sceptiques qu'ils ont tort.

Ainsi, un individu seul ou un groupe peuvent s’engager à agir d’une certaine façon, quel que soit leur gouvernement. Un groupe peut donc s’enrichir si ses membres sont dans la création et non dans la compétition.

Vous pouvez en faire autant, notamment dans le cas d’urgences potentielles, des obstacles qui peuvent survenir. Pour cela, ne passez pas votre temps à les anticiper. En continuant à agir d’une certaine manière, il sera possible de les affronter au moment opportun. Une difficulté se présente à vous ? Traitez-la sans plus attendre.

Bien sûr, vous pouvez à certains moments être découragé ou avoir peur. Gardez-vous de le dire, d’en parler. Pensez à conserver votre pensée créatrice et vous surmonterez vos angoisses. Car parler en termes positifs, c’est avoir foi en l’avenir. Fuir la déception, c’est limiter le sentiment d’échec et se dire qu’une bien meilleure occasion aura la chance de se présenter.

Il ne faut pas avoir peur d’échouer parce que vous n’avez pas les capacités requises. Celles-ci peuvent se présenter au bon moment, pas avant. Lincoln, bien qu’illettré, a réussi à gravir les échelons et à devenir président. Il a petit à petit découvert de quoi il était capable et ne s’est pas laissé envahir par la peur de l’échec. Il s’avère que la meilleure façon de transformer un échec en succès est de le considérer comme le prélude à une plus grande réussite. Il arrive d’être déçu par un projet qui ne se réalise pas et de s’en réjouir pourtant plus tard. Vous vous surprendrez à dire que finalement ce que vous faites désormais est bien plus intéressant que ce que vous auriez pu faire alors.

De nombreux sceptiques pensent que l’enrichissement, en tant que science exacte, n’existe pas, mais ils se trompent

Vous rencontrerez des sceptiques prêts à soutenir que s’enrichir n’est pas une science exacte. Certains dirigeants politiques leur donnent raison lorsqu'ils maintiennent les populations dans le dénuement pour mieux les dominer. Mais le jour où ces peuples mettront en application les principes développés précédemment, ils prouveront aux sceptiques qu'ils ont tort.

Ainsi, un individu seul ou un groupe peuvent s’engager à agir d’une certaine façon, quel que soit leur gouvernement. Un groupe peut donc s’enrichir si ses membres sont dans la création et non dans la compétition.

Vous pouvez en faire autant, notamment dans le cas d’urgences potentielles, des obstacles qui peuvent survenir. Pour cela, ne passez pas votre temps à les anticiper. En continuant à agir d’une certaine manière, il sera possible de les affronter au moment opportun. Une difficulté se présente à vous ? Traitez-la sans plus attendre.

Bien sûr, vous pouvez à certains moments être découragé ou avoir peur. Gardez-vous de le dire, d’en parler. Pensez à conserver votre pensée créatrice et vous surmonterez vos angoisses. Car parler en termes positifs, c’est avoir foi en l’avenir. Fuir la déception, c’est limiter le sentiment d’échec et se dire qu’une bien meilleure occasion aura la chance de se présenter.

Il ne faut pas avoir peur d’échouer parce que vous n’avez pas les capacités requises. Celles-ci peuvent se présenter au bon moment, pas avant. Lincoln, bien qu’illettré, a réussi à gravir les échelons et à devenir président. Il a petit à petit découvert de quoi il était capable et ne s’est pas laissé envahir par la peur de l’échec. Il s’avère que la meilleure façon de transformer un échec en succès est de le considérer comme le prélude à une plus grande réussite. Il arrive d’être déçu par un projet qui ne se réalise pas et de s’en réjouir pourtant plus tard. Vous vous surprendrez à dire que finalement ce que vous faites désormais est bien plus intéressant que ce que vous auriez pu faire alors.


Conclusion

Devenir riche suppose de respecter quelques principes. Il convient de savoir précisément ce que vous voulez tout en contrôlant votre pensée, d’associer pensée et action pour plus d’efficacité, de préférer l’esprit créatif à l’esprit compétitif, d’être reconnaissant de tout ce qui arrive de bien, d’offrir aux autres l’image de quelqu’un qui est en marche vers la réussite. Les écrits et la vie de Wallace D. Wattles en ont inspiré beaucoup, notamment Napoleon Hill, l’auteur de “Réfléchissez et devenez riche”.

Ce qu’il faut retenir de la lecture de ce koob :

- être riche est un droit et une science ;

- l’homme est capable de donner vie à ce qu’il imagine : c’est la première étape vers l’enrichissement ;

- le monde peut vous offrir tout ce que vous souhaitez sans que vous ayez à rivaliser avec les autres ;

- vous pouvez obtenir ce que vous voulez si vous respectez les besoins des autres et que vous observez la loi de la gratitude ;

- “penser d’une certaine manière”, c’est être déterminé à rendre tangibles vos envies avec une volonté de fer ;

- penser n’est pas suffisant : il faut aussi agir maintenant ;

- si vous voulez vous enrichir, cultivez vos talents et choisissez la bonne profession ;

- vouloir toujours plus pour soi et les autres est normal ;

- de nombreux sceptiques pensent que l’enrichissement, en tant que science exacte, n’existe pas, mais ils se trompent.


Revenir en haut Aller en bas
http://entraide.forumactif.org
 
La science de l’enrichissement
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bien-être & Développement personnel :: SALON :: KOOBER( résumés) de livres-
Sauter vers: