Bien-être & Développement personnel

Discutions amicales
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Travailler avec le sketchnoting

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 805
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Travailler avec le sketchnoting   Sam 5 Mai - 17:45

Travailler avec le sketchnoting

En lisant ce koob, vous apprendrez à maîtriser une technique de prise de notes créative et synthétique : le sketchnoting.

Vous apprendrez aussi :

- quels sont les avantages de cette technique ;

- pourquoi cette prise de notes est plus efficace que la façon de faire traditionnelle ;

- quelles ressources existent sur le Net pour vous accompagner.

Le Mind Mapping existe depuis une dizaine d’années. Audrey Akoun, Philippe Boukobza et Isabelle Pailleau ont décidé d’aller plus loin et se sont intéressés à une nouvelle technique bien plus créative : le sketchnoting. Le terme vient de “sketch” qui signifie “croquis” et “noting” pour “prise de notes”. Une méthode qui n’est pas inédite : les carnets de notes de Léonard de Vinci comportaient des pages similaires, combinant les textes et les croquis. Comme pour le Mind Mapping, il s’agit de prendre des notes d’une manière globale au moyen d’images, de croquis, ou de schémas. C’est une technique qui peut être utilisée par tout le monde, car elle ne nécessite pas de compétences en dessin.

La typographie est d’une importance majeure dans le sketchnoting

La première étape du sketchnoting est le choix du lettrage. Il est d’une grande importance parce qu’il participe à la lisibilité de la note. Trois tailles de lettrages permettront de hiérarchiser les informations : par exemple de grandes majuscules, puis de petites majuscules, pour finir par une écriture cursive. Bien sûr, il est possible de complexifier ces niveaux de hiérarchie à mesure que l’on maîtrise la technique.

Le choix de la police relève de la liberté de chacun. Il est possible de s’inspirer de celles proposées par les traitements de texte. Un autre moyen de découvrir des polices de caractères est d’installer l’application What Font. Elle permet d’identifier les polices rencontrées sur le Web. La majorité de ces polices sont téléchargeables sur le site dafont.com.

Une fois la police et les tailles de lettrage choisies, il conviendra de se familiariser avec elles afin de les reproduire naturellement. Il suffira pour cela de s’exercer en recopiant des alphabets, par exemple. Chaque mot devient alors un véritable petit dessin.

En ce qui concerne la page sur laquelle seront organisées les notes, le sketchnoting laisse une plus grande liberté que le Mind Mapping. Peu importe que la feuille soit orientée en mode paysage ou portrait. Il existe cependant six grands types de structures :

- l’utilisation linéaire de la feuille, en bandes horizontales qui se superposent ;

- l’utilisation verticale de la feuille, en colonnes ;

- la répartition des idées en zones et en thèmes ;

- la répartition des idées selon un itinéraire identifié par un fléchage ;

- la répartition circulaire des idées, en partant d’un centre qui énonce la problématique générale ;

- la répartition circulaire, mais de type “camemberts”.


Des éléments de structure vont permettre d’organiser les idées

Par éléments de structure, il faut comprendre les flèches, les cadres, les bannières ou les listes à puces. Ils vont mettre en valeur les idées essentielles sur la page de notes et les organiser.

Les titres et les sous-titres balisent la feuille de notes. Ils sont répartis selon le type de structure préalablement défini. Il faut s’en tenir à la hiérarchie de lettrage choisie : par exemple, les titres les plus importants en lettres capitales (informations de niveau 1), les sous-titres en petites capitales (informations de niveau 2), etc. Les titres et sous-titres peuvent être encadrés de différentes manières : par une bannière ou un simple rectangle. Il est également possible de se contenter de les souligner, en jouant sur la couleur et l’épaisseur du trait. Une autre façon de les mettre en valeur est de les surligner.

Puis, l’espace de la feuille de notes peut être divisé par des lignes : les séparateurs. Des lignes droites simples, ou des versions plus sophistiquées — les lignes peuvent par exemple être ombrées.

Une fois les titres, les sous-titres et les séparateurs placés, il reste à inscrire les idées. Pour ce faire, utilisez des conteneurs. Ce terme désigne tout ce qui peut entourer une phrase ou un texte, comme par exemple la bulle qui entoure un dialogue dans les bandes dessinées. Il peut également s’agir d’un nuage, d’un simple rectangle ou d’une ligne courbe.

Les flèches et les puces sont également des éléments indispensables pour rendre votre propos visuel. En effet, les flèches et les puces guident la lecture et permettent de hiérarchiser les idées. Comme les lettres, il faut les considérer comme de véritables petits dessins. Laissez parler votre créativité lors de leur réalisation, de la forme la plus rapide à exécuter à la forme la plus complexe.

Les illustrations sont également largement utilisées dans le sketchnoting

Dès l’école maternelle, l’individu apprend à dessiner, même s’il s’agit de formes simples, comme les carrés ou les triangles. Ces compétences basiques peuvent être mises à profit dans la réalisation de sketchnotes. Il est donc conseillé de s’entraîner autant que possible à réaliser ces formes simples qui viendront enrichir les créations. Seule la répétition du geste permettra leur maîtrise.

Dave Gray, spécialiste de la pensée visuelle, a établi une liste d’images de base à utiliser dans les sketchnotes : une sorte d’alphabet graphique qui permet de traduire en images n’importe quelle pensée. Parmi ces signes de base se trouvent, par exemple, la ligne, le rond, le carré, le triangle, l’ovale ou encore la courbe.

Mais les illustrations contenues dans les sketchnotes ne se limiteront pas à ces formes basiques. Les croquis de personnages et les visages rendent la page plus vivante. Ces personnages sont réalisés de la façon la plus simple possible. Pour les distinguer les uns des autres, il suffit de faire un trait qui leur donne une expres​sion(une courbe pour le sourire, par exemple) ou d’ajouter un accessoire (une moustache ou un chapeau). Il n’est pas nécessaire d’avoir des dons en dessin pour réaliser ces personnages. Les visages ne nécessitent pas non plus de savoir dessiner : un simple rond, des sourcils, une bouche suffisent pour évoquer un sentiment ou une émotion.

Les pictogrammes constituent également un riche répertoire d’illustrations. L’information iconique est utilisée par l’homme depuis des millénaires : il s’agit de représenter une idée par un dessin figuratif ou symbolique. Les pictogrammes, comme ceux universellement connus représentant le danger ou les toilettes, font partie du quotidien.

Le sketchnote peut également comporter des diagrammes, des minicourbes de valeurs, ou des petits Mind Map.

Cette représentation colorée et illustrée de la pensée est une alternative efficace à la prise de notes traditionnelle

Les habitudes prises pendant la scolarité perdurent dans le monde du travail. La prise de notes la plus courante est linéaire, que ce soit sur papier ou sur ordinateur. Ces notes sont rarement relues ou réutilisées. Le sketchnoting est un moyen efficace de s’affranchir de celle-ci, qui est ennuyeuse, pour aller vers une prise de notes visuelle et ludique.

Cette technique participe au concept du “mindfulness”. Dérivée du bouddhisme, cette méthode consiste à se concentrer sur l’instant présent. Il a été démontré que la pratique du “mindfulness” permet notamment une meilleure concentration et une meilleure résistance au stress.

L’utilisation professionnelle du sketchnoting est de plus en plus courante dans les entreprises. Ce type de prise de notes a de multiples atouts :

- le sketchnoting facilite la mémorisation ;

- il permet de créer des notes synoptiques, lesquelles offrent une vision globale d’un sujet ;

- il permet de clarifier et de simplifier une pensée et rend les notes plus facilement exploitables.

La maîtrise de cette technique nécessite un petit entraînement pour passer de façon fluide du texte à sa schématisation. Pour y parvenir progressivement, vous pouvez passer par l’étape de l’annotation visuelle. Il s’agit dans un premier temps de surligner les mots importants du texte. Au fur et à mesure de ces surlignages, dessinez dans la marge un croquis simple ou une phrase courte correspondant au mot-clé.

La dernière étape consiste à reprendre les notes en marge.

Le sketchnoting favorise la concentration et donc la performance

Aujourd’hui, les employés sont submergés par un flot d’informations difficiles à trier. Le cerveau travaille en flux tendu, il n’a pas de périodes d’inactivité. La créativité, qui a besoin de temps pour émerger, ne trouve pas sa place. À une époque où la santé au travail est l’une des préoccupations publiques, le sketchnoting devrait trouver sa place parmi les pratiques de l’entreprise.

Le sketchnoting impose de ralentir sa pensée, ce qui génère un état de détente et de bien-être propice à la concentration. Ce qui peut apparaître comme du temps perdu permet au final d’en gagner en termes d’efficacité. Le sketchnoteur vide les informations qui encombrent son cerveau sur le papier. Il clarifie sa réflexion et structure ses idées. Il effectue une écoute ou une lecture plus active parce qu’il est mieux concentré. Ce ralentissement de la pensée permet aussi de prendre du recul vis-à-vis du sujet traité.

Ce type de prise de notes se révèle particulièrement intéressant pendant les réunions. Ces moments de partage sont, hélas, souvent peu productifs. L’utilisation du sketchnoting pendant une réunion augmente l’attention de l’auditoire et plonge l’individu dans l’activité. Il emmagasine plus passivement les informations partagées, mais fait intervenir sa créativité pour les transformer et les rendre plus lisibles. Le temps de réunion devient un temps de production.

Utilisé par l’animateur de réunion, le sketchnoting se révèle être un outil d’une extrême richesse, car il augmente l’attention de l’auditoire. L’animateur qui dessine en direct attise la curiosité de son public. Si le dessin doit être pensé en amont, lors de la préparation de la réunion, il est plus efficace s’il est réalisé pendant. Des chercheurs ont en effet démontré que le dessin fluide, dessiné en temps réel, a plus d’impact sur la mémoire que le dessin réalisé préalablement.

Le sketchnoting peut être utilisé pour faire des présentations plus percutantes

PowerPoint reste un logiciel de présentation très performant s’il est bien utilisé. Les sketchnotes peuvent facilement être découpées en différents slides pour en faire un diaporama.

Cela étant, d’autres logiciels sont disponibles gratuitement sur le marché, comme Sozi ou Tawe. Ils permettent de faire du “visual storytelling”, ou storytelling visuel. Ce type de présentation suit la même logique narrative que le sketchnoting. Il s’agit de présenter un contenu à la manière d’une véritable histoire. Le texte est enrichi par des images, des illustrations, des photographies, des infographies, etc.

Cette technique très visuelle est prisée des managers. Elle est d’ailleurs de plus en plus mise à profit dans les entreprises, et ce pour une bonne raison : une image diffusée sur un grand écran a un impact fort. Pour que cela fonctionne, il faut cependant dépasser les “a priori” sur le dessin et l’idée que seul le texte garantit le sérieux d’une communication. Vous pourrez dès lors profiter de tous les avantages qu’offre la communication de type sketchnote, comme le font déjà de nombreux managers.

Ainsi, selon Almudena Roman, directrice générale d’ING Direct en Espagne, le sketchnoting permet :

- de réduire son propos aux idées essentielles ;

- de jouer avec les idées, et donc, de développer sa créativité ;

- de multiplier les associations d’idées et, ce faisant, d’approfondir un sujet.

Toutefois, pour que ce type de présentation soit percutant, il faut veiller à ce que l’articulation des éléments de chaque diapositive et des diapositives entre elles soit logique. En pratique, il vous faudra dans un premier temps photographier ou scanner vos sketchnotes. Il s’agira ensuite de sélectionner les dessins, les personnages et les éléments qui seront exploités dans le diaporama. Puis, il conviendra de porter beaucoup d’attention au choix de la typographie utilisée dans le PowerPoint pour produire un ensemble cohérent.

Les sketchnotes peuvent évoluer jusqu’à l’infographie

Médias, grandes entreprises, services publics, etc. Partout, les infographies sont utilisées pour communiquer. L’omniprésence des écrans et des images a changé la façon de consommer les informations et ces dernières sont en concurrence permanente. Puisqu’il n’a pas le temps d’approfondir un sujet en détail, il faut donner à l’internaute ou au mobinaute un accès instantané à l’essentiel.

C’est à cette exigence d’immédiateté et de synthèse que répond l’infographie. À cela s’ajoute également la notion de plaisir : l’information y est présentée de manière attractive.

Il existe différents outils pour produire des documents infographiques. Le sketchnote peut constituer le document d’origine : il sert de maquette préparatoire. Il suffit ensuite de l’adapter avec des applications Web comme Easy.ly ou Canva, qui mettent à disposition gratuitement une banque de dessins et images.

Le sketchnote est une réalisation très personnelle. Le transformer en document infographique permet de proposer un document plus facile à partager, tout en conservant les propriétés visuelles et ludiques de la création d’origine.

Tanmay Vora, directeur de la recherche et du développement chez Basware Corporation, a intégré l’utilisation des notes visuelles dans son quotidien. Selon lui, l’utilisation de ce type de document ajoute une dimension humaine précieuse dans un monde où le digital domine. Il a commencé par s’inspirer des réalisations d’autres sketchnoteurs, mais aujourd’hui, ce sont ses productions qui inspirent les autres : elles sont régulièrement partagées sur les réseaux.

De nombreux sites et outils numériques sont à votre disposition pour créer de l’infographie

Si les feutres, les crayons et le papier sont les outils privilégiés lors de la réalisation d’un sketchnote, il existe un panel d’outils numériques à disposition pour un rendu plus professionnel. L’écueil à éviter au moment d’utiliser ces applications est de ne pas surcharger la page. Parmi elles, on peut retenir :

- Paper, une application gratuite qui permet de belles réalisations visuelles. Il s’agit de la plus populaire ;

- Tayasui Sketches, qui est elle aussi gratuite et permet des réalisations très précises ;

- Procreate, qui conviendra à l’utilisateur qui recherche un outil de haut niveau, proposant des fonctionnalités avancées ;

- Bizz Draw, qui n’est pas à proprement parler une application pour réaliser des sketchnotes, mais plutôt une banque de ressources. Elle met à disposition des pictogrammes et dessins à utiliser librement.

De même, les iPad, iPad Pro ou Slate, ces tablettes et objets connectés sont aussi des outils de choix pour la création de sketchnotes, car ils permettent un partage rapide des productions et un stockage facile des sketchnotes.

Enfin, Internet est une grande source d’inspiration. Le réseau social Pinterest permet notamment aux sketchnoteurs de stocker, mais aussi de partager leurs banques de dessins et d’images. Des partages de sketchnotes se pratiquent également sur Flickr, notamment ceux des spécialistes du genre que sont Eva-Lotta Lamm ou Robert Dimeo. La communauté des sketchnotes est également très développée sur Twitter. Vous pouvez vous inspirer par exemple des réalisations des auteurs de cet ouvrage : @isapailleau, @heuristiquement, @akounaudrey.

En complément, n’hésitez pas à consulter les trois sites de référence suivants :

- http://www.sketchnote-factory.fr/ ;

- http://napkinfinance.com ;

- www.heuristiquement.com.

Conclusion

Le sketchnoting présente différents avantages. Il permet avant tout une visualisation rapide des points importants d’un sujet. Il permet aussi à celui qui le réalise comme à celui qui assiste à sa réalisation de mieux mémoriser les informations essentielles, car il constitue un moment créatif et agréable. Toutefois, il peut donner lieu à des réticences. Sa dimension ludique et créative peut laisser penser qu’il n’est pas un moyen sérieux de travailler. Or les sketchnotes se révèlent être de puissants outils. La preuve en est qu’ils sont largement utilisés dans certaines grandes entreprises qui ont parfaitement perçu la valeur de cette pratique.

Ce qu’il faut retenir de la lecture de ce koob :

- la typographie est d’une importance majeure dans le sketchnoting ;

- les éléments de structure vont permettre d’organiser les idées ;

- une autre panoplie d’outils largement utilisés dans le sketchnoting est celle des illustrations ;

- cette représentation colorée et illustrée de la pensée est une alternative efficace à la prise de notes traditionnelle ;

- le sketchnoting favorise la concentration et donc la performance ;

- le sketchnoting peut être utilisé pour faire des présentations plus percutantes ;

- les sketchnotes peuvent évoluer jusqu’à l’infographie ;

- de nombreux sites et outils numériques sont à votre disposition pour créer de l’infographie.

Revenir en haut Aller en bas
http://entraide.forumactif.org
 
Travailler avec le sketchnoting
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bien-être & Développement personnel :: SALON :: KOOBER( résumés) de livres-
Sauter vers: