Bien-être & Développement personnel

Discutions amicales
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'éveil de votre puissance intérieure

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 776
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: L'éveil de votre puissance intérieure   Sam 5 Mai - 19:14

L'éveil de votre puissance intérieure

En lisant ce résumé, vous apprendrez qu’il est possible d’opérer des changements durables dans votre vie et d'accéder à un bonheur stable et constant.

Vous apprendrez aussi :

- que les humains sont conditionnés par un système qui influence leur destinée ;

- que chaque élément qui compose ce système peut à la fois être dynamisant ou limitatif ;

- qu’il est possible de prendre le contrôle de ce système pour devenir maître de sa destinée ;

- qu’il est possible et même nécessaire de mettre en place une stratégie pour accéder au bonheur.

La plupart des gens se laissent submerger par leurs émotions et n’arrivent plus à faire face à leurs problèmes. Ils désirent le bonheur, mais celui-ci leur paraît inaccessible, parce qu’ils ne parviennent pas à opérer les changements nécessaires dans leur vie pour y accéder. Anthony Robbins, coach en motivation, vient donner des moyens simples de surmonter les difficultés et les dépasser pour vivre un bonheur durable.

Ne laissez pas les émotions dicter leurs lois, apprenez à les contrôler, en mettant en place des stratégies efficaces. Chaque individu est spécial et possède une destinée à accomplir, dont l’issue ne peut être que le bonheur. A vous de découvrir ce que vous faites de mieux dans votre vie et qui pourrait améliorer le monde.



Nos états émotionnels nous conditionnent

Tous les êtres humains sont motivés par la recherche du plaisir et la crainte de la souffrance. Cette tension est le premier moteur de nos réactions. De nombreuses décisions, que nous prenons, sont donc influencées par ce principe, souvent malgré nous. En effet, des neuro-associations se mettent en place dans notre système nerveux, pour nous faire éviter la souffrance et atteindre le plaisir. En revanche, ces décisions n’en sont pas moins irrationnelles et le but recherché n’est pas toujours atteint, dans la mesure où il est toujours question d’un plaisir immédiat, sans prendre en compte le fait qu'une souffrance passagère peut être nécessaire pour obtenir un plaisir durable.

La première étape est de comprendre les états émotionnels qui nous régissent et d'apprendre à les contrôler. Quels états d’esprit recherchons-nous en priorité ? Que faire pour les atteindre ? Quels états d’esprit voulons-nous fuir ? Pourquoi les ressentons-nous parfois ? Le corps joue un rôle sur nos émotions. Ainsi, par un phénomène de correspondance, sourire rend heureux. C’est pourquoi nous devons trouver les conditions qui, lorsqu’elles sont réunies, nous permettent d’atteindre l’état émotionnel recherché, afin de les réunir à nouveau et changer durablement d’état d’esprit.

Les questions sont un outil pour nous permettre d’évaluer les expériences que nous vivons. Celles-ci sont essentielles pour nous faire avancer. Il faut comprendre que nous vivons les évènements de notre vie selon une perspective particulière et les questions que nous nous posons peuvent nous permettre de la modifier. Ainsi, en se demandant pourquoi nous percevons tel aspect de telle façon, nous attirons l’attention sur les sens que nous mobilisons pour ressentir ce qui nous arrive. En se posant les bonnes questions, il est possible pour nous de changer notre perspective. Les questions nous permettent de mettre en doute la perception que nous avons.

Les questions sont aussi un moyen pour trouver des solutions, lorsqu’un problème se présente à nous. Elles nous stimulent et nous motivent à nous dépasser. Un exercice intéressant est de se lever, chaque matin, en se demandant ce qui pourrait faire notre bonheur.


Nous possédons un système de valeurs qui influencent nos décisions

Pour Anthony Robbins, notre système de valeurs influent sur chacune de nos décisions, c'est à travers lui que nous espérons atteindre le bonheur. Néanmoins, ces valeurs ont aussi une dimension morale. Ce sont elles qui nous motivent et que nous désignons comme objectifs. C’est pourquoi il faut essayer de clarifier les valeurs qui nous sont essentielles pour agir avec cohérence.

Il faut comprendre que nos valeurs ne nous déterminent pas. Nous avons la possibilité de les changer pour qu’elles correspondent à ce que nous aspirons dans la vie. Il faut s’efforcer le plus possible d’éviter les conflits de valeurs, c’est-à-dire lorsque deux des fins se contredisent. Cela devient alors un cercle d’autodestruction qui ne peut que nous précipiter dans le mal-être.

Si nos valeurs influent sur nos décisions, les références guident notre vie. Notre cerveau garde en mémoire les expériences que nous vivons et nous nous y référons. Ainsi, nous pouvons nommer ces expériences “références”, elles influencent le reste de notre vie, en fonction de la charge émotive que nous y associons. Par la suite, nous fonctionnons par analogie avec ces expériences déjà vécues (ou d’autres expériences vécues par un tiers, que nous nous sommes appropriées), pour agir selon le principe premier que nous avons déjà évoqué plus haut qui est la recherche du plaisir et la crainte de la douleur.

Quelques fois, les références que nous gardons en mémoire peuvent nous bloquer, parce qu’elles influencent la signification que nous donnons aux événements du présent. Ainsi, une mauvaise expérience dans le domaine du sport, par exemple une humiliation en gymnastique au cours élémentaire, nous fera refuser en bloc la gymnastique, même lorsque nous sommes adultes, de peur de craindre de revivre, à nouveau, un moment douloureux. Il faut donc essayer d’accumuler d’autres références qui viendront mettre en doute celles emplies d’une charge affective forte, pour nous permettre de maîtriser les valeurs que nous avons évoquées dans le paragraphe précédent.

Pour avancer, il faut donc comprendre quelles sont nos valeurs et nos références et déterminer si, celles-ci, nous aident ou non à atteindre le bonheur.

L’ensemble de nos croyances nous conditionnent

L'être humain n'agit pas, la plupart du temps, selon des critères rationnels, mais en fonction d’éléments qui constituent le fondement de sa vie et qui ne sont autres que des croyances. Celles-ci sont à la fois des moteurs qui poussent à agir, mais elles peuvent également être source de destruction. A chaque fois qu’un évènement arrive, nous lui accordons une signification particulière en fonction de nos références, c’est-à-dire par analogie, en associant cet événement du présent à un autre déjà vécu (ou qui a été vécu par un autre) pour en tirer leçon dans notre vie. Pourtant, cet événement pourrait être vu sous un angle différent, si nous acceptions de modifier nos croyances.

On peut distinguer, parmi toutes les croyances, les croyances globales qui sont les généralités sur lesquelles nous basons toute notre vie et les opinions qui sont des certitudes temporaires. Les croyances s’appuient toutes sur des références qui peuvent être plus ou moins nombreuses et qui renforcent leur intensité. Alors que les opinions se rattachent à une référence peu stable. Dans tous les cas, il ne faut pas oublier que ces références peuvent être "imaginaires", pourtant rares sont ceux qui savent les remettre en question.

Il est possible, avec un peu d’entraînement, de changer nos croyances en stimulant notre cerveau. Il faut essayer de mettre à l’épreuve nos références, en les mettant en doute par de nouvelles expériences. En prenant conscience du fonctionnement de notre système nerveux (la recherche du plaisir et le refus de la douleur), on peut essayer d’en tirer parti pour modifier nos croyances. Si une croyance nous détruit parce qu’elle nous influence d’une façon négative et que nous sommes capables de nous en rendre compte, on peut faire en sorte de la remplacer par une nouvelle croyance qui pourrait être, pour nous, source de plaisir.

L’ensemble du comportement humain est régi par un plan directeur composé de ces cinq éléments

En effet, nous évaluons chaque jour notre vie, en fonction d’un plan très précis qui influence à la fois la façon que nous avons de considérer nos expériences passées, mais plus encore les expériences que nous nous apprêtons à vivre. Comprendre comment fonctionne ce plan directeur, c'est se donner le pouvoir de rectifier les méthodes d’évaluation qui viennent nous autodétruire pour en prendre le contrôle et les remplacer par un état d’esprit positif.

Revenons sur les cinq éléments qui nous conditionnent :

- tout d’abord, l’état émotionnel et psychologique dans lequel nous nous trouvons quand nous considérons les événements ou que nous prenons des décisions ;

- les questions qui découlent de cet événement. Les réponses sont influencées par l’état émotionnel, mais la formulation de la question elle-même en dépend. Celles-ci sont à l’origine d’évaluations plus ou moins positives que l’on a de soi ;

- les valeurs influencent la manière de percevoir l’événement et la façon d’y répondre. Les deux principales valeurs communes à tous les êtres humains sont, d’un côté, la recherche du plaisir et, de l’autre, la souffrance ;

- les croyances qui contrôlent nos émotions donnent également du sens à un événement. C’est l’ensemble de nos croyances qui déterminent les éléments qui sont source de plaisir et ceux qui sont source de souffrance ;

- enfin, leur dernier élément, qui régit nos réponses à un événement, sont nos expériences de référence.

Un seul changement dans l’un des cinq éléments du plan directeur perturbe l’ensemble de décisions et de nos considérations.


Notre vie est normée par un certaine nombre de règles

Les règles fixent un cadre à notre vie et permettent d’avoir des repères. Elles déterminent si nous ressentons de la douleur ou du plaisir. Elles sont donc, à ce titre, le socle de toute notre vie. En adoptant une règle, nous nous choisissons une norme. Par contre, si ces règles sont trop exigeantes ou trop strictes, elles peuvent très vite transformer une vie en un véritable enfer. On peut distinguer deux types de règles :

- les règles absolues : immuables et infranchissables, elles sont le socle de notre vie. Elles répondent à nos valeurs les plus fondamentales et sont donc le moteur qui nous pousse à agir ;

- les règles relatives : plus temporaires, elles s’adaptent en fonction des situations et peuvent être enfreintes à certaines conditions.

Nous nous fixons parfois des règles qui peuvent nous détourner de notre but principal, le bonheur durable. L’idéal, pour les personnes dont les règles sont des obstacles, est de se mettre au défi de les changer. Tout d’abord, en considérant ce que nous recherchons (l’amour, la liberté…) et ce que nous souhaitons éviter (la colère, l’échec…), tout en regardant dans quelles mesures certaines règles peuvent entrer en conflit avec d’autres. L’étape suivante est de réajuster nos règles, en concevant un nouveau système de normes qui soit cohérent. Par exemple, rechercher l’amour et rejeter la négativité qui pourrait avoir une influence désastreuse dans une relation amoureuse.

Tourner toutes ses décisions vers l’amélioration de notre vie est essentiel

Notre plan directeur peut être un cercle aussi bien vertueux que vicieux. Pour libérer toutes les possibilités de notre existence, il faut faire le choix de viser le bonheur dans chacun des gestes que nous accomplissons. Pour cela, il faut mettre en place une stratégie d’amélioration perpétuelle que l’auteur résume, selon la formule “CANI”, c’est-à-dire “constant and never-ending improvement”, autrement dit “amélioration constante et sans fin”.

Il est indispensable de se dire qu’il n’y a que l’individu lui-même qui puisse changer durablement son comportement pour le tourner vers le bonheur. Il faut donc se fixer des buts qui pourraient nous faire atteindre des états de plénitude, en fonction de valeurs dynamisantes. Cela revient d’ailleurs parfois à accepter qu’il faut ne pas atteindre certains objectifs ou bien en passer par une phase de souffrance provisoire, pour atteindre un bonheur durable et constant. Pour que ces changements soient efficaces, il faut appliquer le principe mis en lumière par les neurosciences qui révèlent le pouvoir des associations d’idées. Ainsi, en associant la douleur ou le plaisir à certains de nos comportements, on peut parvenir à écarter nos gestes les plus contre-productifs et encourager ceux qui améliorent notre quotidien.


Le vocabulaire joue un rôle majeur dans la perspective que nous avons de la vie

Les mots sont comme des étiquettes qui épousent ce qu’ils représentent et finissent par le remplacer. Si nous qualifions une expérience dans des termes négatifs, celle-ci sera, pour nous, conservée comme une référence négative et ceci même si elle a pu nous rapporter également des éléments positifs. Les mots influencent à la fois la façon dont nous percevons notre propre vie, mais également les relations que nous avons avec les autres. C’est d’autant plus important que la façon dont les autres nous voient nous renvoient directement aux considérations que nous avons de notre propre existence.

Le vocabulaire que nous choisissons joue donc un rôle important dans la stratégie à mettre en place pour accéder à un bonheur durable. Or, notre système de pensées nous encourage instinctivement à évaluer nos expériences, selon le même vocabulaire. En apprenant à élargir notre vocabulaire, nous nous donnons la possibilité de considérer notre vie, selon des nuances de plus en plus variées. Comprendre ces nuances est se donner la possibilité d’aller de l’avant et tirer le meilleur parti, même de nos échecs. On peut, par exemple, effectuer un exercice qui consiste à lister, sur une feuille, les mots de vocabulaire que nous employons le plus souvent pour qualifier les évènements de notre vie, pour essayer d’en éliminer les plus limitatifs et les remplacer par des termes plus dynamisants. En détruisant les schémas systématiques de notre personnalité, on agit ainsi directement vers une amélioration de notre quotidien, non pas en changeant ce que nous sommes, mais en apprenant à mieux l’apprécier.

Avec un peu d’entraînement, on peut s’essayer à contrôler ses émotions

Nous éprouvons, chaque jour, une multitude d’émotions positives, comme négatives, qui contrôlent nos états d’esprit et notre bien-être. On peut déterminer six étapes pour essayer de contrôler ses émotions.

Il faut, premièrement, essayer de prendre conscience des émotions que l’on éprouve à un instant précis, en se posant des questions : Pourquoi suis-je à ce moment précis agressif avec untel ? Suis-je en colère contre lui ? Jaloux ? etc.

Deuxièmement, il faut s’efforcer d’apprécier nos émotions. Une émotion, même négative, peut se révéler avoir des vertus positives. Elle peut, par exemple, être un appel à l’action.

La troisième étape est de saisir les messages que nos émotions essaient de nous transmettre, autrement dit, de voir ce qui se cache derrière nos états émotionnels. Pour quelles raisons suis-je anxieux ? Pourquoi le comportement d’autrui déclenche-t-il chez moi de la colère ? Nos émotions ne sont jamais arbitraires, mais nous envoient des signes qui sont autant de clefs pour nous aider à suivre le chemin du bonheur.

Il ne faut pas se laisser paralyser par les émotions les plus négatives et essayer d’être confiant, en se rappelant que cette émotion a déjà été ressentie et que l’on a réussi à la surmonter.

Nous devons également, le plus possible, nous efforcer de comprendre comment nous avons réussi à composer avec cette émotion auparavant, pour pouvoir à l’avenir développer une stratégie pour la surmonter de nouveau.

Enfin, il faut essayer de passer à l’action en appliquant la stratégie qui a déjà marché.


Vous pouvez changer votre vie en sept jours

L’objectif de la première journée est d’essayer de prendre conscience des diverses émotions ressenties. Le soir, listez tout ce que vous avez ressenti, en distinguant les émotions négatives de celles qui vous ont procuré du plaisir. Enfin, essayez de déterminer quelles actions auraient pu atténuer les effets négatifs de ces émotions, quelles questions encourageantes auriez-vous pu vous poser ? Quels mots différents auriez-vous pu utiliser pour qualifier ce que vous avez ressenti ?

Le deuxième jour, il s’agit de prendre conscience de la nécessité d’être en bonne santé pour pouvoir mener une vie saine. Pourquoi ne pas ajouter l’exercice physique à son quotidien ? Essayez de vous fixer quelques exercices physiques à effectuer chaque jour, en fonction de vos capacités. Vous dépasser physiquement et améliorer votre façon de vous sentir dans votre corps ne pourra avoir que des effets positifs sur votre manière d’appréhender votre vie.

Le troisième jour consiste à améliorer les relations que vous avez avec les autres, en prenant conscience de leurs valeurs. Essayez de prendre du temps pour discuter avec votre moitié pour comprendre la vision qu’elle a de votre existence. A partir de là, parlez ensemble de vos valeurs communes et de ce qui vous semble le plus important dans votre vie. Développez ensemble une stratégie pour pouvoir agir dès que vous sentez que la situation commence à déraper et que vous êtes sur le point d’avoir une dispute. Comprenez tous les deux que votre amour est plus important que ce que vous dicte votre ego. Essayez le plus possible de partager vos émotions et facilitez le dialogue. Enfin, n’oubliez pas d’avoir des gestes l’un pour l’autre, afin de vous sentir aimés.

La quatrième journée vise à vous faire établir un plan d’épargne pour augmenter vos revenus. Gagner plus d’argent permet indéniablement d’accroître votre confort, pourquoi ne pas faire de cet objectif une de vos valeurs ? Prenez la décision d’économiser 10 pour cent de votre salaire et placez directement cette somme sur un livret épargne, dès que vous la percevez.

Lors de la cinquième journée, modelez-vous une éthique. Listez les valeurs que vous considérez comme fondamentales dans votre vie et associez les émotions ressenties qui peuvent être en accord avec ces valeurs. A chaque valeur, ajoutez une courte description dans laquelle vous expliquez à quelle condition vous avez éprouvé cette émotion particulière, par exemple « je suis heureux, quand je rends un service à quelqu’un ». Efforcez-vous de ressentir au moins une fois par jour ces émotions et vous vous sentirez mieux, car il vous semblera que vous vivez en accord avec votre éthique.

Le sixième jour, apprivoisez le temps et faites en sorte de ne plus le subir. Prenez quelques minutes pour ressentir le présent qui s’écoule autour de vous. Si cette sensation du temps qui passe vous angoisse, pensez au futur et utilisez un vocabulaire dynamisant. Optimisez le temps en apprenant à réaliser deux activités à la fois, ce qui vous donnera l’impression d’être deux fois plus actif. Par exemple, cuisinez tout en écoutant les informations à la radio. Enfin, listez vos principaux objectifs dans la journée en terme de choses à accomplir par ordre d’importance. Faites en sorte que cette liste soit réalisable, tout en vous mettant au défi de la réaliser entièrement. Vous en ressortirez avec une satisfaction personnelle.

Le septième jour, tout comme Dieu l’a fait, reposez-vous en faisant une activité agréable. Prenez du temps pour vous et savourez ce moment de plaisir que vous passez à faire quelque chose qui vous plaît.

Conclusion

Grâce à tous les conseils de ce livre, vous avez maintenant en main les clefs pour prendre le pouvoir sur votre vie. Il est maintenant temps de comprendre l’enjeu de ce pouvoir individuel et les conséquences qu’il peut avoir sur la société. Elevez vos normes et décidez de changer le monde à votre échelle. Ayez de la considération avec les personnes sans-abri et devenez, pour eux, le lien avec le monde social. Consacrez du temps à rendre visite à des personnes incarcérées pour rétablir le dialogue. Décidez d’agir pour l’environnement, en appliquant au quotidien les gestes simples du développement durable. Enfin, transmettez tout ce que vous avez appris sur votre puissance intérieure à vos enfants, pour leur permettre de devenir, eux aussi, les véritables maîtres de leur destinée.

Que retenir de la lecture de ce résumé :

– nos états émotionnels nous conditionnent ;

– les questions sont un outil pour nous permettre d’évaluer les expériences que nous vivons ;

– nous possédons un système de valeurs qui influence nos décisions ;

– les références guident notre vie ;

– l’ensemble de nos croyances nous conditionne ;

– l’ensemble du comportement humain est régi par un plan directeur composé de ces cinq éléments ;

– notre vie est normée par un certain nombre de règles. Tourner toutes ses décisions vers l’amélioration de notre vie est essentiel.

Le vocabulaire joue un rôle majeur dans la perspective que nous avons de la vie

Avec un peu d’entraînement, on peut s’essayer à contrôler ses émotions.

Vous pouvez changer votre vie en sept jours.


Revenir en haut Aller en bas
http://entraide.forumactif.org
 
L'éveil de votre puissance intérieure
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bien-être & Développement personnel :: SALON :: KOOBER( résumés) de livres-
Sauter vers: