Bien-être & Développement personnel

Discutions amicales
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le fabuleux pouvoir de votre cerveau

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 794
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Le fabuleux pouvoir de votre cerveau   Ven 11 Mai - 13:00

Le fabuleux pouvoir de votre cerveau

En lisant ce koob, vous découvrirez comment transformer votre cerveau en super cerveau et exploiter au mieux les incroyables pouvoirs de cet organe sophistiqué.

Vous apprendrez aussi :

- que les cerveaux des plus grands génies ressemblent en tous points au vôtre ;

- comment la pratique de la méditation développe les capacités du cerveau ;

- que mieux utiliser son cerveau peut permettre de guérir de la dépression ;

- que certaines techniques mentales peuvent aider à perdre du poids.

Deepak Chopra et Rudolph Tanzi sont des spécialistes reconnus du cerveau et selon eux, l’être humain n’utilise que 5% du potentiel de cet organe fabuleux. Afin de le rendre plus performant, ils partagent avec vous les pouvoirs d’apprentissage et les capacités d’autoguérison. Leurs découvertes sur les secrets du cerveau vous ouvrent la porte de votre propre réalité et vous donnent les clés pour transformer votre cerveau en super cerveau, utilisé en pleine conscience par son propriétaire.

Tout le monde est capable de développer les capacités de son cerveau

Dans les années 1970 et 1980, la médecine savait peu de choses sur le fonctionnement du cerveau. L’arrivée des neurosciences a permis d’en connaître davantage sur cet organe extraordinaire d'à peine 1,5 kg. Ainsi :

- il accueille près de 100 milliards de cellules nerveuses ;

- les neurones sont liés, entre eux, par un million de milliards de synapses ;

- des axones, sorte de filaments qui prolongent le neurone, sont créés et détruits chaque jour au gré de vos expériences. Ils forment un lien entre les neurones et les synapses.

La relation que vous entretenez avec votre cerveau évolue chaque jour et vous êtes tour à tour :

- son leader : vous lui donnez des instructions ;

- inventeur : vous créez chaque jour de nouvelles synapses dans votre cerveau ;

- enseignant : vous apprenez de nouvelles choses à votre cerveau ;

- utilisateur : à ce titre, vous avez le devoir de l'entretenir.

Exploiter au mieux les capacités hors norme du cerveau jusqu'à obtenir un super cerveau suppose de penser autrement la relation entre cet organe et le mental, et de développer au mieux ces quatre rôles.

Selon les dernières recherches en neurosciences, le cerveau est capable de beaucoup plus que ce que vous lui demandez. Ses limites sont celles que vous lui imposez.

Cet organe mystérieux possède des capacités prodigieuses, comme le prouvent nombre de récits.

Par exemple, Magnus Carlsen, prodige des échecs, est capable de retenir les places de 32 pièces sur 10 échiquiers différents et de jouer en conséquence.

Tout comme lui, vous vous rendrez vite compte que tout n’est qu’une question d'intention, de volonté, d'entraînement et de patience.

 Pour développer les capacités de votre cerveau, débarrassez-vous des idées fausses à son sujet

Vous partez du principe que le cerveau ne peut réaliser que ce que vous pensez qu'il peut réaliser ? C’est qu’il est temps de vous débarrasser de quelques préjugés, pour mieux développer ses capacités.



Le cerveau ne peut pas guérir de ses lésions

Les dernières découvertes scientifiques viennent démentir cette idée reçue. En effet, quand certaines synapses disparaissent à la suite d'un accident, les cellules avoisinantes sont capables de prendre le relais et de compenser la déficience.

La neuroplasticité du cerveau lui permet de se remodeler à la suite d'une lésion. Elle résulte de la multiplicité des expériences et des apprentissages. Alors testez de nouvelles choses, accumulez de nouvelles connaissances !



Les informations profondément inscrites dans le cerveau ne peuvent être modifiées

Les expérimentations scientifiques ont largement démontré que cette idée était fausse. En effet, les circuits générés par le cerveau sont en constante évolution. Ils se redessinent perpétuellement au fil des pensées et de l'expérience.

Vous pouvez donc changer d’opinion !



La dégénérescence du cerveau est inévitable

Cette idée, très ancrée, modifie à elle seule le fonctionnement du cerveau des personnes qui en sont convaincues. À cause d’elle, les personnes âgées sont moins actives. Elles ne s'investissent plus autant dans l’apprentissage. Leur cerveau entretient les connexions qui existent déjà, sans en développer de nouvelles.

Vous pouvez au contraire décider d'entretenir tout au long de votre vie la création de synapses avec de nouveaux apprentissages. En effet, si des millions de cellules du cerveau disparaissent chaque jour - 85 000 neurones environ - celles-ci ne représentent qu'une infime partie des 40 milliards de neurones à votre disposition.

Il faut avoir conscience de ces préjugés limitants si vous voulez mettre à profit les capacités de votre cerveau.

Chaque cerveau peut devenir un super cerveau, sur le modèle d’Einstein

Le nombre de circuits neuronaux dans le cerveau est infini : cet organe offre donc un nombre incalculable de possibilités et peut réaliser de multiples tâches simultanément. Certains hommes ont su exploiter le potentiel caché du cerveau. Ce sont les super-héros du cerveau. Qui sont-ils ?



Einstein

Contrairement à ce que vous pourriez penser, l'intelligence d'Einstein n'a rien à voir avec les gènes. Tout le monde peut apprendre à utiliser son cerveau de la même manière, l'élément incontournable de ce développement étant l'adaptabilité.

Einstein, dans son domaine, n'a cessé de s'adapter à la nouveauté, ce qui exige souplesse, lâcher-prise et sérénité. Parallèlement, il évitait ce qui empêche la faculté d'adaptation de se développer :

- les habitudes ;

- le conditionnement ;

- les blocages.



Le nouveau-né

Pour lui, chaque minute de vie est une découverte absolue, car son cerveau est en évolution constante. Il absorbe toutes les données et développe un modèle intégré, qui lui offre une vue d'ensemble du monde. Cette faculté d'intégration est spécifique à l'espèce humaine.

Au contraire des adultes, le nouveau-né se crée une représentation du monde dénuée d'“a priori”. Grâce à cela, il est capable de communiquer, de rester équilibré et d’avoir un point de vue d'ensemble. Des obstacles se mettent toutefois en travers de son chemin, qu’il doit apprendre à surmonter :

- l'isolement ;

- le conflit ;

- le refoulement.



Bouddha

Il évoque une caractéristique typiquement humaine : la quête de sens. Cette quête ancestrale rappelle qu'il reste beaucoup de choses à découvrir en soi-même.

Être humain, c'est en effet avant tout être conscient, de soi-même et de son environnement. Bouddha est le représentant par excellence de l'état de conscience supérieure.

Les forces du Bouddha sont l'évolution, l'expansion, l'inspiration, tandis que ses obstacles sont :

- la contraction ;

- les limites rigides ;

- la conformité.

S’il y a une chose à apprendre de ces héros, c’est qu’ils ne sont pas tout à fait des super-héros, mais des modèles que vous pouvez suivre, afin d’atteindre une conscience supérieure et de mettre à profit votre potentiel. Comme eux, sachez profiter de vos qualités et surmonter les obstacles que le monde vous impose.

Mieux utiliser son cerveau, c'est aussi rester maître de lui pour lutter contre la dépression

Lorsqu’ils sont en phase de dépression, les patients ont le sentiment de perdre le contrôle de leur cerveau. Or, il est possible de redynamiser les parties du cerveau touchées par la maladie et de retrouver un équilibre. Comment ?

La dépression est le produit de trois éléments :

- des événements extérieurs ;

- une réaction inappropriée à ces événements ;

- la mise en place d'une habitude, celle de ne voir que l’aspect négatif des expériences. Tout événement, même mineur, devient dès lors source de tristesse, qui se transforme en un état permanent.

Il faut donc intervenir à leur niveau.

Vous ne pouvez pas influer sur le premier de ces éléments. C'est l’attitude que vous allez avoir vis-à-vis de ces événements négatifs qui est à prendre en compte : il faut apprendre à réagir face au stress de façon appropriée. Cela demande des efforts considérables puisque vous allez devoir remplacer les croyances négatives par des pensées positives :

- au lieu de penser “Tout est de ma faute”, dites vous : “Ce n’est la faute de personne” ;

- “Je suis à la hauteur”, au lieu de “Je n'arrive à rien” ;

- “Ça va marcher”, à la place de “Tout va de travers”, etc.

Le fait d’adopter de nouveaux comportements va créer de nouvelles connexions neuronales dans le cerveau. Petit à petit, le schéma négatif récurrent inscrit dans le cerveau va être modifié. Le dépressif pourra accéder à un espace de paix : son moi véritable.

Une alliée de choix lors de ce cheminement vers le moi véritable est la méditation. Les expérimentations menées depuis plusieurs dizaines d'années ont en effet largement démontré son impact direct sur le cerveau.

Se débarrasser de la dépression exige donc de se battre simultanément sur plusieurs fronts :

- modifier sa façon de penser, en s'appuyant pour cela sur les exercices de méditation ;

- fuir les situations génératrices de stress : s'entourer de personnes positives, prendre soin de soi, choisir si possible un travail épanouissant, etc.

Cette prise de conscience vous permettra d’utiliser votre cerveau en pleine conscience et de sortir de la dépression.

Cerveau, corps et mental doivent être mis en commun pour créer votre propre réalité

Le mental crée une réalité — le rêve — qui est envoyé au cerveau. Celui-ci engage des actions qui, aidées par les opportunités et la chance, seront susceptibles de mener à la réalisation du rêve. Il est ainsi possible d'affirmer que vous créez votre réalité. Mais comment en faire ce que vous voulez et créer ce pouvoir personnel d’y accéder ?



Le rôle actif de création

Il est possible de créer une réalité contrôlée, en se convainquant de quelques principes :

- vous inventez tous les ressentis et les apparences de votre vie ;

- vous créez la perception ;

- vous pouvez changer cette perception ;

- augmenter votre conscience vous donne davantage de pouvoir sur la réalité ;

- votre conscience peut changer le monde qui vous entoure ;

- votre mental fait partie des forces créatrices de l'univers.

Le cerveau n'étant qu'un outil du mental et le mental créant chaque aspect de l’environnement, tout le monde a donc un rôle actif de création. Si vous souhaitez inventer votre réalité, il vous faut donc introduire de la nouveauté dans le quotidien, afin de vous débarrasser des conditionnements.



Les états du mental et l’ego

Le mental possède trois états :

1. l'inconscience — ignorer la réalité qui vous entoure ;

2. la conscience — percevoir la réalité qui vous entoure ;

3. la conscience de soi — avoir conscience de ses pensées, de ses sentiments et de ses actes.

Cette dernière a pour ennemi l'ego. L'ego a pour fonction d'assimiler et de comparer les différentes expériences. Le problème est qu'il va tirer de ces expériences des limitations du type :

- je ne suis pas le genre à faire telle ou telle chose ;

- de quoi est-ce que j'aurai l'air si je me lance dans tel ou tel projet ;

- je ne veux pas renoncer à mon confort.

Ces pensées figées rigidifient et limitent votre réalité. Elles empêchent la création. Vous reproduisez alors inlassablement des schémas de pensées qui vous enferment dans une réalité qui vous sécurise.

Il est possible de combattre les dérives de l'ego par le questionnement : “Pourquoi est-ce que je reproduis le même fonctionnement et les mêmes façons d'agir et de penser ?” C'est ce questionnement perpétuel qui amènera le mental à avancer, à changer, à créer.

Vous êtes donc capable de modifier la réalité que votre cerveau vous impose et de créer la vôtre.

Connaître son cerveau peut permettre de régler un problème de surpoids

Le surpoids n'est pas le produit d'un manque de volonté. Il faut en effet distinguer les décisions et les habitudes : les premières sont conscientes, les secondes, non. D’un côté, l’inconscient réclame une dose excessive de calories et de l’autre, le conscient essaye de résister à cette demande. Le problème est que ce sont les habitudes qui créent des sillons neuronaux très difficiles à effacer. Comment les rendre inopérantes ?



Le super cerveau peut mettre un terme à cette lutte

Pour cela, commencez par accepter l'idée que tous les régimes sont inefficaces. Il a été largement démontré que les kilos perdus sont, un jour ou l'autre, repris.

Puis, prenez conscience du fait que vous vous alimentez pour deux raisons :

- parce que vous avez faim ;

- en réponse à une émotion négative (manque d'estime de soi, colère, etc.).

Ainsi, en finir avec le surpoids passe par une meilleure utilisation de votre cerveau.



Apprenez à mieux utiliser votre cerveau

En premier lieu, renoncez à faire la guerre à l'inconscient. Si vous ingérez de la nourriture en réponse à une émotion, faites-le en toute conscience.

À chaque bouchée, posez-vous la question : “Est-ce que je mange parce que j'ai faim, ou pour calmer une émotion ?” Une fois que vous avez la réponse, mangez. Le simple fait de vous poser régulièrement cette question poussera votre cerveau à créer de nouveaux sillons mentaux et à renoncer petit à petit à ces réflexes compulsifs. Là est, en effet, l'objectif de l'exercice : amener le cerveau à créer de nouveaux schémas.

Ensuite, pratiquez la méditation : vous vous débarrasserez des mauvaises habitudes. Elle est à la base du changement parce qu'elle montre au cerveau qu'il existe un espace de calme absolu, où les luttes n'ont pas leur place.

Mieux vous servir de votre inconscient peut donc vous permettre de retrouver un meilleur équilibre physique.

Le super cerveau peut résoudre les problèmes d'anxiété

L’anxiété déforme votre vision du monde. Pour l'anxieux, tout, même des éléments inoffensifs, vient nourrir ses angoisses. Il interprète de la mauvaise façon toutes les informations brutes qui lui parviennent. Comment y remédier ?

Il faut reconstruire cette réalité faussée, morceau par morceau, et mettre fin au cercle vicieux de la répétition, car l'anxiété est un phénomène chronique qui peut s'avérer handicapant. Ce sont, en effet, les mêmes inquiétudes qui se répètent. Et plus le cercle vicieux prend de place, plus il emprisonne le cerveau. Dès lors, le mental n'a plus aucun recul et s'épuise peu à peu.

Dans ce cas, l'angoisse étant l'une des émotions les plus puissantes, elle prend facilement le dessus sur la raison ; c'est pourquoi elle est si difficile à combattre. Elle se nourrit d'éléments du présent, mais aussi d'expériences négatives passées. La mémoire est, en effet, très performante pour ancrer des émotions négatives, qui laissent des empreintes indélébiles dans le cerveau.

Pour arrêter cette répétition, le mental doit réagir. La première étape de son intervention consiste à prendre conscience que le schéma de l'inquiétude est en train de se reproduire :

- prenez conscience que vous êtes en train de reproduire une habitude ;

- prenez conscience que vous vous sentez mal lorsque vous êtes dans cet état d'inquiétude ;

- prenez conscience que c’est vous qui créez ce sentiment de peur et qu'il ne correspond pas à une réalité ;

- arrêtez le processus.

Se mettre en retrait, se placer en observateur extérieur de l'inquiétude permet de créer un écart entre l'anxiété et soi-même, car faire cette distinction entre soi et l'émotion lui enlève de sa puissance. En effet, prendre conscience qu'une réaction est inappropriée fera peu à peu disparaître cette réaction malsaine.

Le super cerveau a le pouvoir de créer une nouvelle réalité

Vous pouvez, en influant sur le fonctionnement de votre cerveau, modifier la réalité dans laquelle vous évoluez. Encore faut-il solliciter le pouvoir de création. Quelles sont les techniques pour y arriver ?

Pour cela, il faut avoir un moi profond, ce qui induit de développer les qualités suivantes :

- l'estime de soi ;

- l'instinct ;

- l'empathie.

Or développer son moi personnel, sa capacité à réussir, suppose de passer par plusieurs étapes.



Ne plus céder son pouvoir

C’est refuser de se sentir impuissant. Le sentiment d'impuissance est le résultat d'une évolution silencieuse. La personne impuissante a donné son pouvoir aux autres : elle leur a fait plaisir, elle s'est ralliée à leurs opinions, etc.

Commencez donc par résister à l'envie de vous fondre dans la masse et de vous rallier aux décisions des autres : reprenez votre pouvoir !

Prendre conscience de l'intérêt à être une victime

Votre baisse d'amour-propre se mesure aussi en fonction de votre facilité à vous poser en victime. Or être une victime peut être considéré comme une forme de vertu. Mais cette prise de position tend à attirer la négativité.



Développer un moi mature

Mûrir, c'est devenir son moi profond, atteindre un état dans lequel vous pouvez enfin être vous-même avec les autres, les respecter, comprendre vos états émotionnels et n'être plus dépendant de ceux des autres. Vous êtes alors en capacité d'écrire votre propre histoire.

Alors abandonnez la superficialité et recherchez à être profond et mature !



S'aligner sur le cours de l'évolution darwinienne

Votre évolution ne dépend que de vous : vous pouvez devenir votre propre guide durant ce cheminement vers les bons choix. Les bonnes idées viennent de l’univers, de l’évolution.

Ainsi, écartez ce qui est nuisible pour aller vers les choix qui vous sont bénéfiques.



Croire en une instance supérieure bienveillante

Le sentiment d'une instance supérieure n'est pas nécessairement religion. Il s'agit d'avoir conscience d'une instance bienveillante qui prend soin de vous et de croire à la possibilité du miracle.

Cette réalité supérieure sera là pour vous aider à réaliser vos vœux.

Le super cerveau peut guérir le corps

Le lien entre le cerveau et le corps a été largement démontré par l'expérimentation scientifique. C'est un fait avéré : le mental peut guérir le corps. Comment l’y amener ?

Avant tout, commencez par prévenir la maladie, en respectant quelques règles de vie simples :

- pratiquer des exercices physiques modérés ;

- éviter de prendre du poids ;

- bannir le stress, l’anxiété, la dépression ;

- bien dormir ;

- privilégier une alimentation équilibrée à des compléments alimentaires ;

- éviter alcool, tabac et graisses animales.

Ce sont des recommandations qui sont aujourd’hui bien connues. Il en existe toutefois une dernière, moins familière et pourtant tout aussi essentielle à une bonne santé : développer le lien corps-mental. C’est dans le mental que se trouve la clé de la guérison.

La plus reconnue des guérisons psychosomatiques est l’effet placebo. Le principe consiste à ingérer un produit non actif en étant persuadé qu’il s’agit d’un puissant médicament. Les médecins constatent une guérison dans 30% des cas.

Comment est-ce possible ?

Le mental a été convaincu que le faux médicament allait agir et en a informé le corps. L’intention a généré la guérison.

Il est possible de s’appliquer soi-même l’effet placebo en amenant le cerveau à communiquer la guérison au corps. Pour ce faire :

- ayez confiance en ce qui se passe ;

- surmontez le doute et la peur ;

- n’envoyez pas au cerveau des messages contradictoires ;

- ouvrez les voies de la communication ;

- lâchez prise et laissez la guérison opérer.

Ces principes ne peuvent être appliqués qu’en cultivant au quotidien la relation mental-corps, par exemple par le biais de la méditation. Cela peut tout simplement vouloir dire de prendre l’habitude d’écouter votre corps : posez-vous dans un endroit calme et prenez conscience de vous-même.

Toutefois, la guérison par l’effet placebo reste mystérieuse. Il n’existe aucun manuel d’autoguérison et il ne faut jamais mettre de côté les traitements classiques pour tout miser sur celle-ci.

Conclusion

Anti-âge, facteur de longévité : le super cerveau est détenteur de fantastiques pouvoirs. Avoir conscience de cette complexité est le premier pas vers lui. Toutefois, la recherche a encore beaucoup à découvrir sur les réseaux vivants et dynamiques qu’il produit sans cesse. Elle parviendra, sans doute dans l’avenir à prévenir l’apparition de pathologies cérébrales comme l’autisme ou la maladie d’Alzheimer.

Ce qu’il faut retenir de ce koob :

- n’importe qui est capable de développer les capacités de son cerveau ;

- pour développer les capacités de votre cerveau, débarrassez-vous des idées fausses à son sujet ;

- chaque cerveau peut devenir un super cerveau, à la manière d'Einstein ;

- mieux utiliser son cerveau, c'est aussi rester maître de lui pour lutter contre la dépression ;

- cerveau, corps et mental doivent être mis en commun pour créer votre propre réalité ;

- connaître son cerveau peut permettre de régler un problème de surpoids ;

- le super cerveau peut résoudre les problèmes d'anxiété ;

- le super-cerveau a le pouvoir de créer une réalité ;

- le super-cerveau peut guérir le corps.



Le monde change #AvecCeKoob
Si Deepak Chopra reste peu connu en France, il est une véritable sommité dans le monde, et notamment outre-Atlantique où il a publié plus de 80 ouvrages ! Il a d’ailleurs été choisi par le Time Magazine pour être l’une des 100 personnalités les plus influentes du monde en 1999. Invité chez Oprah Winfrey, il conseille les dirigeants des grandes entreprises et quelques stars comme Madonna, Lady Gaga ou Salma Hayek.

Certains de ses propos et notamment sa propension à invoquer la physique quantique pour justifier ses théories spirituelles lui ont valu les foudres de la communauté scientifique internationale mais également française. Lors d’un entretien accordé au site Femininbio.fr, Deepak Chopra a d’ailleurs expliqué que la réception de ses ouvrages et de ses “Master Class” en France était particulière : “Les gens (NDLR en France) ne sont pas crédules et ont une certaine dose de scepticisme, ce qui rend une conférence très saine.”



Le déconditionnement

Deepak Chopra propose un cours à la Colombia Business School. Il s’adresse à des étudiants en création et gestion d’entreprise au travers d’un séminaire appelé “L’âme des leaders”. La première étape de ce cours consiste à se “déconditionner”.

Que ce soit au sein de la cellule familiale, d’un cercle de connaissances et d’amis, à l’école ou plus largement dans la société au travers des médias, des films, de la littérature, chacun a été “conditionné” à être et à évoluer d’une certaine façon.

Par exemple : un homme à qui l’on a répété inlassablement quand il était enfant et adolescent qu’il n’était “pas sportif”, “pas bon en maths” ou “pas très créatif” aura tendance à accepter cette vision de lui-même et à l’intégrer profondément jusqu’à se définir lui-même de cette façon.

Autre exemple : une femme qui a toujours vu ses proches effectuer une action d’une manière très précise la refera elle-même de la même façon, par mimétisme.

Ce conditionnement est à l’origine de différents types de souffrances. À cause de lui, on se méprend sur ses désirs profonds ou sur ses ambitions personnelles, en s’appropriant ceux qui nous ont été suggérés.

Comment débuter son déconditionnement ?

La phase de déconditionnement consiste à mettre une distance entre soi et ce que l’on croit savoir de soi. Elle implique de comprendre que nous ne sommes pas nos pensées. Il faut cesser de croire que les phrases plus ou moins sympathiques qui nous traversent l’esprit toute la journée émanent de nous. Si certaines d’entre elles trouvent effectivement leur origine au plus profond de nous, la majorité est en réalité des jugements venus de l’extérieur.

Étape 1 - Le déconditionnement peut commencer par une phase simple et informelle d’interrogations et de questionnements ponctuels. Quand un jugement négatif sur vous-même vous traverse l’esprit (“je suis nul à cette activité”, “je ne sais vraiment pas faire cette activité”, “une fois de plus j’ai été excessif/stupide/distrait/…”), contentez-vous de relever cette remarque.

Notez également les préjugés qui vous sont associés et vous qualifient (“je ne suis pas créatif”, “je ne suis pas sportif”, “je ne sais pas cuisiner”, “je suis incapable…”) Cette phase simple vous permettra de commencer à comprendre la manière dont vous vous adressez à vous-même.

Étape 2 - La méditation en pleine conscience (“mindfullness”). Si vous souhaitez approfondir l’exercice, la méditation en pleine conscience est tout indiquée.

Contrairement à ce que l’on peut croire, la méditation n’est pas synonyme de calme ou de retraite solitaire. Méditer, c’est être totalement dans le monde et l’observer pleinement. Elle peut se pratiquer n’importe où et pendant quelques minutes chaque jour, pour commencer. C’est aussi prendre conscience des pensées qui nous traversent l’esprit en permanence pour savoir si elles émanent de l’extérieur ou de soi. Méditer permet donc de devenir “soi”.



La boîte à outils de la méditation

Pour vous aider à débuter la méditation, il existe dans les grandes villes de France des centres dédiés à cet apprentissage. À Paris, vous trouverez, par exemple, l’École occidentale de Méditation de Fabrice Midal, ou le Dojo Zazen rue de Tolbiac.

Des applications mobiles peuvent également vous aider. Elles proposent pour la plupart des sessions de méditation guidée. Pour des méditations en français, téléchargez Petit Bambou, Mind ou Zenfie. Si vous comprenez l’anglais : Headspace ou Calm.

Enfin, ne manquez pas les koobs sur le sujet par les ambassadeurs de cette discipline : Matthieu Riccard (également traducteur français du Dalaï-Lama), Fabrice Midal ou encore Eckhart Tollé.

“L’art de la méditation” de Matthieu Riccard (lien : https://koober.com/fr/fiche/résumé-de-l'art-de-la-méditation)

“Le pouvoir de l’instant présent” de Eckhart Tollé (lien : https://koober.com/fr/fiche/résumé-de-le-pouvoir-du-moment-présent)

“Foutez-vous la paix” de Fabrice Midal (lien : https://koober.com/fr/fiche/résumé-de-foutez-vous-la-paix-!)
Revenir en haut Aller en bas
http://entraide.forumactif.org
 
Le fabuleux pouvoir de votre cerveau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bien-être & Développement personnel :: SALON :: KOOBER( résumés) de livres-
Sauter vers: